L'exposition consacré à ce chandelier à sept branches, principal symbole du judaïsme, sera programmée du 15 mai au 23 juillet dans deux lieux: le musée du Vatican et le musée juif de Rome. L'objet mentionné dans la Bible est intimement lié à l'histoire de la ville de Rome, qui abrita aussi l'une des plus anciennes communautés juives au monde. Il est représenté sur l'arc de triomphe de Titus, érigé à la gloire de cet empereur qui prit d'assaut Jérusalem en l'an 70, détruisit le second Temple et ramena à Rome ses trésors dont le chandelier d'or à sept branches porté par des prisonniers juifs entourés de soldats romains. Pour le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni, la menorah peut mettre en lumière "les rapports que l'Eglise catholique a eu à divers moments avec les juifs". "Par exemple, la représentation de Jésus dans le Temple, avec le chandelier, peut représenter d'un point de vue chrétien un nouveau monde arrivant pour détruire le vieux monde", explique-t-il a l'AFP. "S'il est possible de faire cette exposition aujourd'hui, cela montre qu'il y a eu une évolution dans le dialogue entre juifs et catholiques, les temps ont changé et beaucoup de choses se sont atténuées", note-t-il. "Nous devons encore approfondir les racines juives de la foi catholique", a confié pour sa part à l'AFP le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens. Pour cette exposition, Israël fera venir à Rome une pierre richement sculptée, comportant un chandelier à sept branches, provenant d'une synagogue du 1er siècle découverte par les archéologues voici quelques années. Seront également exposés des candélabres chrétiens du Moyen-âge s'inspirant de la menorah, mais aussi les oeuvres d'artistes contemporains. (Belga)

L'exposition consacré à ce chandelier à sept branches, principal symbole du judaïsme, sera programmée du 15 mai au 23 juillet dans deux lieux: le musée du Vatican et le musée juif de Rome. L'objet mentionné dans la Bible est intimement lié à l'histoire de la ville de Rome, qui abrita aussi l'une des plus anciennes communautés juives au monde. Il est représenté sur l'arc de triomphe de Titus, érigé à la gloire de cet empereur qui prit d'assaut Jérusalem en l'an 70, détruisit le second Temple et ramena à Rome ses trésors dont le chandelier d'or à sept branches porté par des prisonniers juifs entourés de soldats romains. Pour le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni, la menorah peut mettre en lumière "les rapports que l'Eglise catholique a eu à divers moments avec les juifs". "Par exemple, la représentation de Jésus dans le Temple, avec le chandelier, peut représenter d'un point de vue chrétien un nouveau monde arrivant pour détruire le vieux monde", explique-t-il a l'AFP. "S'il est possible de faire cette exposition aujourd'hui, cela montre qu'il y a eu une évolution dans le dialogue entre juifs et catholiques, les temps ont changé et beaucoup de choses se sont atténuées", note-t-il. "Nous devons encore approfondir les racines juives de la foi catholique", a confié pour sa part à l'AFP le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens. Pour cette exposition, Israël fera venir à Rome une pierre richement sculptée, comportant un chandelier à sept branches, provenant d'une synagogue du 1er siècle découverte par les archéologues voici quelques années. Seront également exposés des candélabres chrétiens du Moyen-âge s'inspirant de la menorah, mais aussi les oeuvres d'artistes contemporains. (Belga)