Vendredi, le Wall Street Journal a rapporté que Donald Trump avait ordonné au Pentagone de réduire les effectifs militaires déployés en permanence en Allemagne, principal ancrage des forces américaines de l'Otan, afin d'en ramener le nombre à 25.000. "J'espère vraiment qu'en résultat des nombreuses discussions que nous avons eues et après avoir fait la preuve de notre solidité en tant que partenaire de l'Otan, un certain nombre de militaires actuellement stationnés en Allemagne et qui en seront retirés par les États-Unis se retrouveront en Pologne", a déclaré le Premier ministre Mateusz Morawiecki à la radio privée RMF. Actuellement, quelque 34.500 soldats vivent avec leur famille sur une des 21 bases militaires américaines du pays. Les effectifs peuvent atteindre 52.000 personnes au moment des rotations des équipes ou à l'occasion de manoeuvres. "Le vrai danger se tapit à la frontière orientale. Aussi, un déplacement des forces américaines vers le flanc Est (de l'Otan) représentera-t-il un renforcement de la sécurité pour l'ensemble de l'Europe", a poursuivi M. Morawiecki, faisant allusion à la Russie. Préoccupée par la main-mise de la Russie sur plusieurs territoires situés en Géorgie et en Ukraine au cours de la dernière décennie, la Pologne milite pour une présence militaire américaine permanente sur son territoire. L'année dernière, le président Tump a augmenté à 5.500 hommes les effectifs en rotation en Pologne, qui considère depuis longtemps les États-Unis comme le principal garant de sa sécurité au sein de l'Otan. La Maison Blanche et le Pentagone se sont refusés à confirmer ou démentir les informations du Wall Street Journal, qui surviennent dans un contexte de tensions entre le gouvernement américain et ses alliés européens en sein de l'Otan sur des accords de coopération. Washington estime notamment que l'Allemagne ne dépense pas assez pour sa propre défense. (Belga)

Vendredi, le Wall Street Journal a rapporté que Donald Trump avait ordonné au Pentagone de réduire les effectifs militaires déployés en permanence en Allemagne, principal ancrage des forces américaines de l'Otan, afin d'en ramener le nombre à 25.000. "J'espère vraiment qu'en résultat des nombreuses discussions que nous avons eues et après avoir fait la preuve de notre solidité en tant que partenaire de l'Otan, un certain nombre de militaires actuellement stationnés en Allemagne et qui en seront retirés par les États-Unis se retrouveront en Pologne", a déclaré le Premier ministre Mateusz Morawiecki à la radio privée RMF. Actuellement, quelque 34.500 soldats vivent avec leur famille sur une des 21 bases militaires américaines du pays. Les effectifs peuvent atteindre 52.000 personnes au moment des rotations des équipes ou à l'occasion de manoeuvres. "Le vrai danger se tapit à la frontière orientale. Aussi, un déplacement des forces américaines vers le flanc Est (de l'Otan) représentera-t-il un renforcement de la sécurité pour l'ensemble de l'Europe", a poursuivi M. Morawiecki, faisant allusion à la Russie. Préoccupée par la main-mise de la Russie sur plusieurs territoires situés en Géorgie et en Ukraine au cours de la dernière décennie, la Pologne milite pour une présence militaire américaine permanente sur son territoire. L'année dernière, le président Tump a augmenté à 5.500 hommes les effectifs en rotation en Pologne, qui considère depuis longtemps les États-Unis comme le principal garant de sa sécurité au sein de l'Otan. La Maison Blanche et le Pentagone se sont refusés à confirmer ou démentir les informations du Wall Street Journal, qui surviennent dans un contexte de tensions entre le gouvernement américain et ses alliés européens en sein de l'Otan sur des accords de coopération. Washington estime notamment que l'Allemagne ne dépense pas assez pour sa propre défense. (Belga)