Toutes les administrations publiques et les entreprises du secteur privé seront fermées pendant une semaine, et seuls les déplacements à caractère médical seront autorisés, a indiqué le gouvernement tard vendredi dans un communiqué. "Personne ne peut sortir de son domicile, sauf en cas d'urgence", a ajouté le communiqué. Le porte-parole du ministère de la Santé Robed Amin a indiqué que la police et les garde-frontières seraient déployés pour faire respecter le confinement et que l'armée pourrait être appelée en cas de besoin. "La situation est dangereuse et alarmante. Si nous n'arrivons pas à la contenir maintenant, nous serons confrontés à une situation semblable à celle de l'Inde" voisine, a déclaré M. Amin à l'AFP. Les taux d'infection sont en forte hausse depuis la mi-mai au Bangladesh, qui compte environ 170 millions d'habitants. Vendredi, les autorités ont comptabilisé près de 6.000 nouveaux cas et 108 décès, le deuxième bilan le plus lourd depuis le début de la pandémie. Les autorités affirment que la situation dans les régions proches de la frontière indienne est catastrophique, les hôpitaux des villes de Khulna et Rajshahi étant débordés. La situation s'est améliorée par contre en Inde, où moins de 50.000 nouveaux cas ont été recensés vendredi, contre 400.000 par jour au plus fort de la flambée en mai. Mais les autorités de l'État de Maharashtra, dans l'ouest de l'Inde, ont renforcé les restrictions vendredi en raison des inquiétudes suscitées par un nouveau variant, Delta plus, dont une cinquantaine de cas ont été signalés dans le pays. (Belga)

Toutes les administrations publiques et les entreprises du secteur privé seront fermées pendant une semaine, et seuls les déplacements à caractère médical seront autorisés, a indiqué le gouvernement tard vendredi dans un communiqué. "Personne ne peut sortir de son domicile, sauf en cas d'urgence", a ajouté le communiqué. Le porte-parole du ministère de la Santé Robed Amin a indiqué que la police et les garde-frontières seraient déployés pour faire respecter le confinement et que l'armée pourrait être appelée en cas de besoin. "La situation est dangereuse et alarmante. Si nous n'arrivons pas à la contenir maintenant, nous serons confrontés à une situation semblable à celle de l'Inde" voisine, a déclaré M. Amin à l'AFP. Les taux d'infection sont en forte hausse depuis la mi-mai au Bangladesh, qui compte environ 170 millions d'habitants. Vendredi, les autorités ont comptabilisé près de 6.000 nouveaux cas et 108 décès, le deuxième bilan le plus lourd depuis le début de la pandémie. Les autorités affirment que la situation dans les régions proches de la frontière indienne est catastrophique, les hôpitaux des villes de Khulna et Rajshahi étant débordés. La situation s'est améliorée par contre en Inde, où moins de 50.000 nouveaux cas ont été recensés vendredi, contre 400.000 par jour au plus fort de la flambée en mai. Mais les autorités de l'État de Maharashtra, dans l'ouest de l'Inde, ont renforcé les restrictions vendredi en raison des inquiétudes suscitées par un nouveau variant, Delta plus, dont une cinquantaine de cas ont été signalés dans le pays. (Belga)