"Il ne s'agissait pas de la loi de financement", mais bien d'une volonté de changer de partenaires de négociations, a-t-il dit lors de l'émission 'Ter Zake' de la VRT-télévision. "Mais son parti aurait dû le dire plus tôt et d'une autre manière", a-t-il expliqué.

Selon M. Vande Lanotte, un ancien ministre et président du sp.a, les démarches du parti nationaliste flamand N-VA ont été "trop mises en scène" au cours des derniers jours.

"D'abord un ultimatum, ensuite un bureau du parti et une conférence de presse, et cela sans la moindre concertation avec les autres partis flamands", a-t-il dit.

"Je n'ose espérer" que la N-VA de M. De Wever "ne veuille pas de solution" à la crise actuelle, a-t-il ajouté, en soulignant que plusieurs partis - le sp.a, le CD&V et Ecolo-Groen! - avaient formulé lors des négociations des propositions concrètes en matière de responsabilité financière des entités fédérées. Le cdH était aussi disposé à en parler, a noté M. Vande Lanotte.

Levif.be avec Belga

"Il ne s'agissait pas de la loi de financement", mais bien d'une volonté de changer de partenaires de négociations, a-t-il dit lors de l'émission 'Ter Zake' de la VRT-télévision. "Mais son parti aurait dû le dire plus tôt et d'une autre manière", a-t-il expliqué. Selon M. Vande Lanotte, un ancien ministre et président du sp.a, les démarches du parti nationaliste flamand N-VA ont été "trop mises en scène" au cours des derniers jours. "D'abord un ultimatum, ensuite un bureau du parti et une conférence de presse, et cela sans la moindre concertation avec les autres partis flamands", a-t-il dit. "Je n'ose espérer" que la N-VA de M. De Wever "ne veuille pas de solution" à la crise actuelle, a-t-il ajouté, en soulignant que plusieurs partis - le sp.a, le CD&V et Ecolo-Groen! - avaient formulé lors des négociations des propositions concrètes en matière de responsabilité financière des entités fédérées. Le cdH était aussi disposé à en parler, a noté M. Vande Lanotte. Levif.be avec Belga