Originaire des Ardennes, la quadragénaire est actuellement installée en Région bruxelloise, à Woluwé-Saint-Pierre. Elle était conseillère auprès du président du Parlement européen quand elle est apparue en mai dernier comme première suppléante sur la liste d'Olivier Chastel aux élections européennes. Elle a réalisé près de 20.000 voix. Dans une brève vidéo de présentation à l'occasion de la campagne en vue de ces élections, elle avait souligné son intérêt pour le niveau décisionnel européen, confessant même "une certaine obsession pour le projet européen". "Je ne suis pas une politicienne professionnelle, je pense que ça se voit", admettait-elle également sans détour. "Je suis plutôt une experte des questions européennes". Elle racontait par ailleurs son amour de la richesse multiculturelle de la capitale belge, un aspect international qu'elle vit elle-même au quotidien, son compagnon étant allemand. Femme "formidable, de coeur, de talent et de conviction" selon un message Facebook admiratif de Mathieu Michel, député provincial et frère de Charles, Valérie Glatigny a accordé vendredi matin sur La Première un premier entretien de future ministre. "Je préfère prendre le temps de l'écoute pour l'instant, du dialogue, écouter ce qui monte du terrain avant de prendre des décisions", a-t-elle indiqué, admettant devoir encore prendre pleinement connaissance des dossiers qui l'occuperont ces prochaines années. (Belga)