Il est de coutume que les équipes techniques d'entretien des voies d'Infrabel parcourent le réseau afin d'observer le comportement de l'infrastructure métallique une fois que les températures augmentent. L'objectif est d'éviter d'éventuels déplacements des voies sachant que l'acier se dilate lorsqu'il est chauffé. Cette année, les agents ont été aidés dans leur tâche par un train, venu d'Italie, qui peint les rails en blanc. "La voie étant composée de l'acier des rails, des cailloux du ballast et du béton des traverses, la température au niveau des voies est très largement supérieure, jusqu'à 20°, à la température ambiante. Lorsque la nuit tombe, les températures peuvent baisser très rapidement. Cette variation très rapide peut provoquer un phénomène de serpentage, c'est-à-dire que le rail a tendance à sortir de ses attaches et points de pression puisqu'il est dilaté", explique-t-on chez Infrabel. "Lorsque la température sur les voies atteint les 60°, cela engendre des problèmes électriques sur les circuits de voies et nécessite donc une intervention des équipes Infrabel. Cette situation s'est produite à de nombreuses reprises en 2019". Pour contrer ce phénomène, Infrabel a décidé de tester une méthode qui a fait ses preuves en Italie. En effet, la peinture blanche réfléchit les rayons solaires, permettant ainsi de garder des températures plus basses. Pour réaliser ce test, des zones jugées à risques ont été définies, à savoir des ponts métalliques et des courbes où les traverses sont en bois. Quatorze kilomètres de voies ont ainsi été peints en blanc. Si ce test s'avère concluant, l'expérience pourrait être renouvelée. (Belga)

Il est de coutume que les équipes techniques d'entretien des voies d'Infrabel parcourent le réseau afin d'observer le comportement de l'infrastructure métallique une fois que les températures augmentent. L'objectif est d'éviter d'éventuels déplacements des voies sachant que l'acier se dilate lorsqu'il est chauffé. Cette année, les agents ont été aidés dans leur tâche par un train, venu d'Italie, qui peint les rails en blanc. "La voie étant composée de l'acier des rails, des cailloux du ballast et du béton des traverses, la température au niveau des voies est très largement supérieure, jusqu'à 20°, à la température ambiante. Lorsque la nuit tombe, les températures peuvent baisser très rapidement. Cette variation très rapide peut provoquer un phénomène de serpentage, c'est-à-dire que le rail a tendance à sortir de ses attaches et points de pression puisqu'il est dilaté", explique-t-on chez Infrabel. "Lorsque la température sur les voies atteint les 60°, cela engendre des problèmes électriques sur les circuits de voies et nécessite donc une intervention des équipes Infrabel. Cette situation s'est produite à de nombreuses reprises en 2019". Pour contrer ce phénomène, Infrabel a décidé de tester une méthode qui a fait ses preuves en Italie. En effet, la peinture blanche réfléchit les rayons solaires, permettant ainsi de garder des températures plus basses. Pour réaliser ce test, des zones jugées à risques ont été définies, à savoir des ponts métalliques et des courbes où les traverses sont en bois. Quatorze kilomètres de voies ont ainsi été peints en blanc. Si ce test s'avère concluant, l'expérience pourrait être renouvelée. (Belga)