Si les voitures électriques ont actuellement le vent en poupe, l'organisation de défense des consommateurs déplore le manque d'autonomie offerte à ces véhicules. Une vidéo publiée par Test Achats met en avant plusieurs déboires rencontrés par un expert-utilisateur d'un jour, au volant d'une voiture à quelque 70.000 euros, qui a tenté le périple: chargement lacunaire à domicile (25% en une nuit via une prise standard), des applications reliées aux bornes de rechargement rapide qui ne fonctionnent pas, perte de l'autonomie promise, notamment à cause du froid, les longs temps d'attente pour le rechargement de la batterie (50 minutes pour 52 KW-heure), fausse localisation des bornes ou encore prix élevé de la recharge: 31,32 euros pour 36,50 kilowatt-heure, "soit le double de ce que consomme un moteur 2 litres moyen à essence", selon Test Achats. "La voiture électrique moyenne est sans doute un must pour de courts déplacements urbains ou périphériques, mais certainement pas encore pour traverser le pays", souligne l'organisation qui précise que l'infrastructure en recharge rapide ne compte qu'une dizaine de bornes aux abords des autoroutes en Belgique. Selon le porte-parole du ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry, contacté par l'agence Belga, le gouvernement wallon "est particulièrement conscient de la nécessité de changer d'échelle et nous y travaillons de façon très ambitieuse". Si le nombre de bornes (rapides ou non) n'est pas précisément établi actuellement, le renseignement de l'installation n'étant pas obligatoire, "on estime néanmoins qu'il y a environ un millier de points accessibles, soit sur le domaine public, soit privé comme par exemple les parkings des grandes surfaces". (Belga)

Si les voitures électriques ont actuellement le vent en poupe, l'organisation de défense des consommateurs déplore le manque d'autonomie offerte à ces véhicules. Une vidéo publiée par Test Achats met en avant plusieurs déboires rencontrés par un expert-utilisateur d'un jour, au volant d'une voiture à quelque 70.000 euros, qui a tenté le périple: chargement lacunaire à domicile (25% en une nuit via une prise standard), des applications reliées aux bornes de rechargement rapide qui ne fonctionnent pas, perte de l'autonomie promise, notamment à cause du froid, les longs temps d'attente pour le rechargement de la batterie (50 minutes pour 52 KW-heure), fausse localisation des bornes ou encore prix élevé de la recharge: 31,32 euros pour 36,50 kilowatt-heure, "soit le double de ce que consomme un moteur 2 litres moyen à essence", selon Test Achats. "La voiture électrique moyenne est sans doute un must pour de courts déplacements urbains ou périphériques, mais certainement pas encore pour traverser le pays", souligne l'organisation qui précise que l'infrastructure en recharge rapide ne compte qu'une dizaine de bornes aux abords des autoroutes en Belgique. Selon le porte-parole du ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry, contacté par l'agence Belga, le gouvernement wallon "est particulièrement conscient de la nécessité de changer d'échelle et nous y travaillons de façon très ambitieuse". Si le nombre de bornes (rapides ou non) n'est pas précisément établi actuellement, le renseignement de l'installation n'étant pas obligatoire, "on estime néanmoins qu'il y a environ un millier de points accessibles, soit sur le domaine public, soit privé comme par exemple les parkings des grandes surfaces". (Belga)