Cette adoption en première lecture était conditionnée à l'adoption, par le parlement régional, de l'accord de coopération ouvrant la voie à cette extension. En Wallonie, c'est chose faite depuis hier/jeudi. Si les grandes lignes de ce texte sont connues depuis la semaine passée, il réserve quand même quelques surprises. Ainsi, on apprend que le pass sanitaire s'appliquera jusqu'au 31 janvier 2022, alors que la date du 31 décembre 2021 était initialement prévue. "Le recours élargi au CST pourrait toutefois être levé si la couverture vaccinale et la situation épidémiologique atteignent des niveaux de performances des meilleures régions et pays d'Europe", assure le gouvernement sans avancer d'objectifs plus précis. A plusieurs reprises, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, a toutefois évoqué la nécessité, selon lui, de parvenir à un taux de vaccination de 90 ou 95% de la population. Par ailleurs, l'avant-projet de décret prévoit également que le port du masque ne soit plus obligatoire là où le CST sera d'application. Jusqu'à présent, seul un allègement des gestes barrières - sans autre détail - avait été annoncé. L'avant-projet de décret vient d'être envoyé au Conseil d'État ainsi qu'à l'Autorité de Protection des Données (APD), indique encore le gouvernement. Dans le meilleur des cas, leur avis est attendu dans les prochaines semaines. Parallèlement, l'exécutif régional poursuit la concertation avec la Fédération Wallonie-Bruxelles pour les secteurs qui relèvent de ses compétences. Le projet de décret fera ensuite l'objet d'une deuxième lecture au gouvernement wallon avant d'être soumis au vote du parlement régional. (Belga)

Cette adoption en première lecture était conditionnée à l'adoption, par le parlement régional, de l'accord de coopération ouvrant la voie à cette extension. En Wallonie, c'est chose faite depuis hier/jeudi. Si les grandes lignes de ce texte sont connues depuis la semaine passée, il réserve quand même quelques surprises. Ainsi, on apprend que le pass sanitaire s'appliquera jusqu'au 31 janvier 2022, alors que la date du 31 décembre 2021 était initialement prévue. "Le recours élargi au CST pourrait toutefois être levé si la couverture vaccinale et la situation épidémiologique atteignent des niveaux de performances des meilleures régions et pays d'Europe", assure le gouvernement sans avancer d'objectifs plus précis. A plusieurs reprises, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, a toutefois évoqué la nécessité, selon lui, de parvenir à un taux de vaccination de 90 ou 95% de la population. Par ailleurs, l'avant-projet de décret prévoit également que le port du masque ne soit plus obligatoire là où le CST sera d'application. Jusqu'à présent, seul un allègement des gestes barrières - sans autre détail - avait été annoncé. L'avant-projet de décret vient d'être envoyé au Conseil d'État ainsi qu'à l'Autorité de Protection des Données (APD), indique encore le gouvernement. Dans le meilleur des cas, leur avis est attendu dans les prochaines semaines. Parallèlement, l'exécutif régional poursuit la concertation avec la Fédération Wallonie-Bruxelles pour les secteurs qui relèvent de ses compétences. Le projet de décret fera ensuite l'objet d'une deuxième lecture au gouvernement wallon avant d'être soumis au vote du parlement régional. (Belga)