Cette conseillère en communication de 53 ans a été aux côtés de Donald Trump dès le premier jour, dirigeant la campagne de 2016 qui a catapulté le milliardaire à la Maison-Blanche. Mais les quatre dernières années passées à défendre avec acharnement le président américain, notamment sur les chaînes de télévision, ont eu un prix pour cette femme combative qui a notamment façonné et défendu le concept de "faits alternatifs". Son mari, l'avocat conservateur George Conway, est ainsi l'un des plus virulents détracteurs de M. Trump, mettant en cause sa capacité mentale à diriger le pays. Dans un communiqué, Mme Conway a annoncé qu'elle quitterait la Maison-Blanche "à la fin du mois". Cette décision "est entièrement mon choix", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle annoncerait ses "futurs plans en temps voulu". "Pour l'instant et pour mes enfants bien-aimés, ce sera moins de drame, plus de maman", a-t-elle ajouté. Cette annonce est intervenue au lendemain d'un tweet de sa fille Claudia, 15 ans, qui se disait "anéantie" parce que sa mère prendrait la parole à la convention républicaine, et s'engageait à réclamer l'émancipation légale "en raison d'années de traumatismes de l'enfance et d'abus". (Belga)

Cette conseillère en communication de 53 ans a été aux côtés de Donald Trump dès le premier jour, dirigeant la campagne de 2016 qui a catapulté le milliardaire à la Maison-Blanche. Mais les quatre dernières années passées à défendre avec acharnement le président américain, notamment sur les chaînes de télévision, ont eu un prix pour cette femme combative qui a notamment façonné et défendu le concept de "faits alternatifs". Son mari, l'avocat conservateur George Conway, est ainsi l'un des plus virulents détracteurs de M. Trump, mettant en cause sa capacité mentale à diriger le pays. Dans un communiqué, Mme Conway a annoncé qu'elle quitterait la Maison-Blanche "à la fin du mois". Cette décision "est entièrement mon choix", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle annoncerait ses "futurs plans en temps voulu". "Pour l'instant et pour mes enfants bien-aimés, ce sera moins de drame, plus de maman", a-t-elle ajouté. Cette annonce est intervenue au lendemain d'un tweet de sa fille Claudia, 15 ans, qui se disait "anéantie" parce que sa mère prendrait la parole à la convention républicaine, et s'engageait à réclamer l'émancipation légale "en raison d'années de traumatismes de l'enfance et d'abus". (Belga)