L'enjeu est donc crucial pour le géant de l'agrochimie, qui pourrait avoir à payer d'énormes sommes en dommages et intérêts. A 46 ans, Dewayne Johnson, père de deux enfants, est atteint d'un cancer en phase terminale. Pour lui, c'est à cause du RoundUp, qu'il a répandu à partir de 2012 pour désherber des terrains appartenant au district scolaire de Benicia, au nord-est de San Francisco, explique à l'AFP son avocat Timothy Litzenburg, qui représente des centaines de personnes s'estimant également victimes du glyphosate, une substance qui fait l'objet d'études contradictoires quant à sa dangerosité. "Une grosse partie de son travail consistait à répandre du RoundUp et du Ranger Pro (un autre désherbant au glyphosate) 20 à 40 fois par an, parfois des centaines de gallons (3,8 litres) à la fois", précise Me Litzenburg. En 2014, M. Johnson a été diagnostiqué d'un lymphome, un cancer qui atteint les globules blancs, et "nous ne pensions pas qu'il vivrait assez longtemps" pour être présent au procès, poursuit-il. Selon des médias américains, il existe des milliers de procédures en cours contre Monsanto aux Etats-Unis, à divers degrés d'avancement. Si le procès s'est officiellement ouvert lundi avec la désignation d'un juge, les débats eux-mêmes ne devraient pas débuter avant le milieu de la semaine prochaine, après une série d'audiences techniques et la sélection du jury, selon les deux parties interrogées par l'AFP. (Belga)

L'enjeu est donc crucial pour le géant de l'agrochimie, qui pourrait avoir à payer d'énormes sommes en dommages et intérêts. A 46 ans, Dewayne Johnson, père de deux enfants, est atteint d'un cancer en phase terminale. Pour lui, c'est à cause du RoundUp, qu'il a répandu à partir de 2012 pour désherber des terrains appartenant au district scolaire de Benicia, au nord-est de San Francisco, explique à l'AFP son avocat Timothy Litzenburg, qui représente des centaines de personnes s'estimant également victimes du glyphosate, une substance qui fait l'objet d'études contradictoires quant à sa dangerosité. "Une grosse partie de son travail consistait à répandre du RoundUp et du Ranger Pro (un autre désherbant au glyphosate) 20 à 40 fois par an, parfois des centaines de gallons (3,8 litres) à la fois", précise Me Litzenburg. En 2014, M. Johnson a été diagnostiqué d'un lymphome, un cancer qui atteint les globules blancs, et "nous ne pensions pas qu'il vivrait assez longtemps" pour être présent au procès, poursuit-il. Selon des médias américains, il existe des milliers de procédures en cours contre Monsanto aux Etats-Unis, à divers degrés d'avancement. Si le procès s'est officiellement ouvert lundi avec la désignation d'un juge, les débats eux-mêmes ne devraient pas débuter avant le milieu de la semaine prochaine, après une série d'audiences techniques et la sélection du jury, selon les deux parties interrogées par l'AFP. (Belga)