"Il est à la fois triste et dangereux que le dernier rôle public de John Bolton soit celui d'un traître qui abîme l'Amérique en violant la confiance sacrée qui l'unit à son peuple", a-t-il affirmé dans un communiqué. Il ne dément toutefois pas spécifiquement un passage du livre selon lequel il aurait lui-même dit une fois en 2018, à celui qui était alors conseiller à la sécurité nationale du président, que Donald Trump ne racontait "que des conneries". "Je n'ai pas lu le livre, mais selon les extraits publiés, John Bolton répand de nombreux mensonges, qu'il s'agisse de demi-vérités bien enrobées ou carrément de contre-vérités", a estimé le secrétaire d'Etat. "A nos amis à travers le monde: vous savez que l'Amérique du président Trump est une force positive pour le monde", a-t-il conclu dans ce bref communiqué intitulé "J'étais aussi dans la pièce", en référence au titre du livre de John Bolton à paraître mardi, "The Room Where It Happened" (La pièce où cela s'est passé). Dans cet ouvrage dont de larges passages ont filtré ces derniers jours, l'ex-conseiller limogé en septembre dépeint un Donald Trump mal avisé et obnubilé par sa réélection au risque de mettre en danger les Etats-Unis. Il raconte également comment Mike Pompeo, qui affiche en public une loyauté à toute épreuve à l'égard du milliardaire républicain, s'est montré plus d'une fois critique dans son dos. Selon ce récit, il a notamment estimé en privé que la stratégie de rapprochement avec la Corée du Nord qu'il n'a eu de cesse de défendre officiellement n'avait en fait "aucune chance de réussir". Et après avoir écouté une conversation présidentielle sur ce même dossier, il a lâché à l'auteur du livre avoir "failli avoir un arrêt cardiaque" à cause des propos de Donald Trump. (Belga)

"Il est à la fois triste et dangereux que le dernier rôle public de John Bolton soit celui d'un traître qui abîme l'Amérique en violant la confiance sacrée qui l'unit à son peuple", a-t-il affirmé dans un communiqué. Il ne dément toutefois pas spécifiquement un passage du livre selon lequel il aurait lui-même dit une fois en 2018, à celui qui était alors conseiller à la sécurité nationale du président, que Donald Trump ne racontait "que des conneries". "Je n'ai pas lu le livre, mais selon les extraits publiés, John Bolton répand de nombreux mensonges, qu'il s'agisse de demi-vérités bien enrobées ou carrément de contre-vérités", a estimé le secrétaire d'Etat. "A nos amis à travers le monde: vous savez que l'Amérique du président Trump est une force positive pour le monde", a-t-il conclu dans ce bref communiqué intitulé "J'étais aussi dans la pièce", en référence au titre du livre de John Bolton à paraître mardi, "The Room Where It Happened" (La pièce où cela s'est passé). Dans cet ouvrage dont de larges passages ont filtré ces derniers jours, l'ex-conseiller limogé en septembre dépeint un Donald Trump mal avisé et obnubilé par sa réélection au risque de mettre en danger les Etats-Unis. Il raconte également comment Mike Pompeo, qui affiche en public une loyauté à toute épreuve à l'égard du milliardaire républicain, s'est montré plus d'une fois critique dans son dos. Selon ce récit, il a notamment estimé en privé que la stratégie de rapprochement avec la Corée du Nord qu'il n'a eu de cesse de défendre officiellement n'avait en fait "aucune chance de réussir". Et après avoir écouté une conversation présidentielle sur ce même dossier, il a lâché à l'auteur du livre avoir "failli avoir un arrêt cardiaque" à cause des propos de Donald Trump. (Belga)