Cette opération contre l'organisation criminelle d'origine hispanique résulte de plus de deux ans d'enquête, ont indiqué les responsables de l'agence anti-drogue américaine DEA et le procureur du comté de Suffolk, dans un communiqué. Ce comté de Long Island, à l'est de New York, est l'une des régions des Etats-Unis où le MS-13 est le plus implanté. Sur les plus de 230 personnes arrêtées lors de cette opération, 96 sont de Suffolk County. Le communiqué ne précise pas s'ils sont Américains ou de nationalité étrangère. "Les arrestations d'aujourd'hui mettent fin aux efforts du MS-13 d'ériger un arsenal de brutalité sur la Côte Est", a affirmé le responsable de la DEA pour la région new-yorkaise, Ray Donovan. "Cette annonce est un message destiné aux leaders du MS-13 au Salvador et à Los Angeles, pour leur signifier que New York refuse de les abriter", a-t-il ajouté. L'opération a notamment permis d'éviter sept projets d'assassinats, selon le communiqué. Quelque 10 kilos de cocaine, de l'héroine, du cannabis et des pilules de fentanyl ont aussi été saisis. "L'opération a contribué à créér un environnement qui a mené à l'abandon, par la direction du MS-13 au Salvador, de son plan pour accroître sa présence à Long Island", a affirmé le procureur du comté de Suffolk, Timothy Sini. Le MS-13, gang d'origine hispanique, a été souvent pris pour cible par Donald Trump, qui a fait de la lutte contre les immigrés illégaux, à commencer par ceux venus d'Amérique centrale, l'une de ses priorités. En 2017, il accusait cette organisation, qui compterait jusqu'à 10.000 membres, d'avoir "littéralement pris le pouvoir dans des villes et villages américains". "Nous expulsons de notre pays des membres du MS-13 et bien d'autres qui ne devraient pas être ici", a réagi vendredi le président après l'annonce, via son compte Twitter. Le MS-13 a été formé à Los Angeles au milieu des années 1980 par des immigrés salvadoriens et d'autres immigrés d'Amérique centrale. Une partie d'entre eux furent expulsés dans les années 1990 et 2000 vers le Salvador, le Guatemala et le Honduras, où ils ont gagné en puissance, contribuant à faire du nord de l'Amérique centrale une des régions les plus mortifères au monde. (Belga)

Cette opération contre l'organisation criminelle d'origine hispanique résulte de plus de deux ans d'enquête, ont indiqué les responsables de l'agence anti-drogue américaine DEA et le procureur du comté de Suffolk, dans un communiqué. Ce comté de Long Island, à l'est de New York, est l'une des régions des Etats-Unis où le MS-13 est le plus implanté. Sur les plus de 230 personnes arrêtées lors de cette opération, 96 sont de Suffolk County. Le communiqué ne précise pas s'ils sont Américains ou de nationalité étrangère. "Les arrestations d'aujourd'hui mettent fin aux efforts du MS-13 d'ériger un arsenal de brutalité sur la Côte Est", a affirmé le responsable de la DEA pour la région new-yorkaise, Ray Donovan. "Cette annonce est un message destiné aux leaders du MS-13 au Salvador et à Los Angeles, pour leur signifier que New York refuse de les abriter", a-t-il ajouté. L'opération a notamment permis d'éviter sept projets d'assassinats, selon le communiqué. Quelque 10 kilos de cocaine, de l'héroine, du cannabis et des pilules de fentanyl ont aussi été saisis. "L'opération a contribué à créér un environnement qui a mené à l'abandon, par la direction du MS-13 au Salvador, de son plan pour accroître sa présence à Long Island", a affirmé le procureur du comté de Suffolk, Timothy Sini. Le MS-13, gang d'origine hispanique, a été souvent pris pour cible par Donald Trump, qui a fait de la lutte contre les immigrés illégaux, à commencer par ceux venus d'Amérique centrale, l'une de ses priorités. En 2017, il accusait cette organisation, qui compterait jusqu'à 10.000 membres, d'avoir "littéralement pris le pouvoir dans des villes et villages américains". "Nous expulsons de notre pays des membres du MS-13 et bien d'autres qui ne devraient pas être ici", a réagi vendredi le président après l'annonce, via son compte Twitter. Le MS-13 a été formé à Los Angeles au milieu des années 1980 par des immigrés salvadoriens et d'autres immigrés d'Amérique centrale. Une partie d'entre eux furent expulsés dans les années 1990 et 2000 vers le Salvador, le Guatemala et le Honduras, où ils ont gagné en puissance, contribuant à faire du nord de l'Amérique centrale une des régions les plus mortifères au monde. (Belga)