D'ici à 2026, l'écart de couverture atteindrait 24 millions d'Américains, par rapport au dispositif "Obamacare". Le nombre de personnes sans couverture maladie serait alors de 52 millions, contre 28 millions si la loi emblématique de la présidence de Barack Obama était maintenue en place jusqu'à cette date. Le texte actuellement en discussion au Congrès abrogerait "Obamacare", réduirait les aides fédérales au système de santé, et supprimerait l'obligation universelle de souscrire une couverture maladie, dans le but de libéraliser davantage le marché et d'accroître la concurrence. Il aurait pour effet, selon l'estimation du CBO, de réduire de 337 milliards de dollars le déficit fédéral américain sur la prochaine décennie, soit 33,7 milliards par an. En 2016, le déficit était d'environ 590 milliards de dollars. Ce rapport, rédigé par le très respecté arbitre budgétaire du Congrès, était très attendu car la réforme, soutenue par le président Donald Trump, se heurte à l'opposition de l'aile droite et de l'aile modérée du parti républicain. Plusieurs élus républicains s'inquiètent d'un désengagement trop rapide de l'Etat fédéral et du fait que des millions d'Américains modestes ou de la classe moyenne pourraient se retrouver sans assurance. Le CBO estime effectivement que de nombreux Américains choisiraient de ne plus s'assurer, car ils ne seraient plus frappés d'une amende comme c'est le cas aujourd'hui avec "Obamacare". (Belga)

D'ici à 2026, l'écart de couverture atteindrait 24 millions d'Américains, par rapport au dispositif "Obamacare". Le nombre de personnes sans couverture maladie serait alors de 52 millions, contre 28 millions si la loi emblématique de la présidence de Barack Obama était maintenue en place jusqu'à cette date. Le texte actuellement en discussion au Congrès abrogerait "Obamacare", réduirait les aides fédérales au système de santé, et supprimerait l'obligation universelle de souscrire une couverture maladie, dans le but de libéraliser davantage le marché et d'accroître la concurrence. Il aurait pour effet, selon l'estimation du CBO, de réduire de 337 milliards de dollars le déficit fédéral américain sur la prochaine décennie, soit 33,7 milliards par an. En 2016, le déficit était d'environ 590 milliards de dollars. Ce rapport, rédigé par le très respecté arbitre budgétaire du Congrès, était très attendu car la réforme, soutenue par le président Donald Trump, se heurte à l'opposition de l'aile droite et de l'aile modérée du parti républicain. Plusieurs élus républicains s'inquiètent d'un désengagement trop rapide de l'Etat fédéral et du fait que des millions d'Américains modestes ou de la classe moyenne pourraient se retrouver sans assurance. Le CBO estime effectivement que de nombreux Américains choisiraient de ne plus s'assurer, car ils ne seraient plus frappés d'une amende comme c'est le cas aujourd'hui avec "Obamacare". (Belga)