"Il est très clair que le président a empêché le cours de la justice", a déclaré Jerry Nadler lors d'un entretien avec la chaîne ABC. En agissant de la sorte, la commission veut "débuter les investigations" concernant de potentiels faits d'obstruction à la justice, corruption et abus de pouvoir. Le député estime que l'enquête actuelle du procureur spécial Robert Mueller n'est pas suffisante et trouve, à l'instar d'autres démocrates au Congrès, que l'objectif devrait en être plus large. Cet entretien avec Jerry Nadler fait suite au témoignage public de l'ancien avocat personnel de Trump. Michael Cohen a accusé son ancien patron d'avoir menti à plusieurs reprises en tant que candidat et en tant que président. Selon Kevin McCarthy, chef des républicains à la Chambre des représentants, le démocrate "a décidé de destituer le président le jour de sa victoire à l'élection". Il s'en est également pris à Michael Cohen, qui, selon lui, a failli à sa responsabilité d'avocat de prévenir Donald Trump contre de potentiels actes illégaux. Enfin, pour le républicain, les violations des règles de campagne électorale ne sont pas des faits pouvant justifier une procédure de destitution. (Belga)

"Il est très clair que le président a empêché le cours de la justice", a déclaré Jerry Nadler lors d'un entretien avec la chaîne ABC. En agissant de la sorte, la commission veut "débuter les investigations" concernant de potentiels faits d'obstruction à la justice, corruption et abus de pouvoir. Le député estime que l'enquête actuelle du procureur spécial Robert Mueller n'est pas suffisante et trouve, à l'instar d'autres démocrates au Congrès, que l'objectif devrait en être plus large. Cet entretien avec Jerry Nadler fait suite au témoignage public de l'ancien avocat personnel de Trump. Michael Cohen a accusé son ancien patron d'avoir menti à plusieurs reprises en tant que candidat et en tant que président. Selon Kevin McCarthy, chef des républicains à la Chambre des représentants, le démocrate "a décidé de destituer le président le jour de sa victoire à l'élection". Il s'en est également pris à Michael Cohen, qui, selon lui, a failli à sa responsabilité d'avocat de prévenir Donald Trump contre de potentiels actes illégaux. Enfin, pour le républicain, les violations des règles de campagne électorale ne sont pas des faits pouvant justifier une procédure de destitution. (Belga)