La plainte a été déposée mardi contre l'organisation BAPS, forte de dizaines de temples, devant un tribunal fédéral du New Jersey, sur la côte Est américaine. Cet Etat abrite la plus importante communauté hindoue aux Etats-Unis, ainsi que le temple hindou de Robbinsville, à une centaine de kilomètres au sud de New York, plus grand temple hindou du pays, inauguré en 2014. Au fil des 42 pages de plainte, les ex-employés - presque tous membres de la communauté Dalit, ces Intouchables au plus bas dans la hiérarchie des castes hindoues - affirment avoir été victimes de "violations choquantes du droit du travail (américain) le plus basique" à partir de 2018 et jusqu'à tout récemment. Maintenant revenus au Rajasthan, ils disent avoir été payés environ 450 dollars par mois pour des journées de travail allant de 06h30 à 19h30, avec une heure de pause en tout. Ce pendant des mois d'affilée, pour la plupart sans jour de repos. Ils disent aussi que leur passeport leur a été confisqué dès leur arrivée à New York, et avoir été obligés de vivre enfermés dans un lieu clos, ne pouvant sortir qu'accompagnés par des gardes de BAPS, avec interdiction de parler à toute personne extérieure sous peine de réduction de salaire. L'un des employés est mort tandis qu'il était "soumis à ces travaux forcés", selon la plainte. Dans cette action en nom collectif qui pourrait rallier quelque 200 personnes employées dans les mêmes conditions, les plaignants accusent BAPS de les avoir présentés frauduleusement comme des "bénévoles" pour obtenir des visas américains de type religieux R-1. Ce alors qu'ils n'étaient ni bénévoles ni pour la plupart affiliés à cette secte, proche du parti nationaliste hindou au pouvoir en Inde. Ils réclament le paiement des salaires dus et des dommages et intérêts, d'un montant non précisé. Aucun porte-parole de BAPS n'était immédiatement joignable mercredi. (Belga)

La plainte a été déposée mardi contre l'organisation BAPS, forte de dizaines de temples, devant un tribunal fédéral du New Jersey, sur la côte Est américaine. Cet Etat abrite la plus importante communauté hindoue aux Etats-Unis, ainsi que le temple hindou de Robbinsville, à une centaine de kilomètres au sud de New York, plus grand temple hindou du pays, inauguré en 2014. Au fil des 42 pages de plainte, les ex-employés - presque tous membres de la communauté Dalit, ces Intouchables au plus bas dans la hiérarchie des castes hindoues - affirment avoir été victimes de "violations choquantes du droit du travail (américain) le plus basique" à partir de 2018 et jusqu'à tout récemment. Maintenant revenus au Rajasthan, ils disent avoir été payés environ 450 dollars par mois pour des journées de travail allant de 06h30 à 19h30, avec une heure de pause en tout. Ce pendant des mois d'affilée, pour la plupart sans jour de repos. Ils disent aussi que leur passeport leur a été confisqué dès leur arrivée à New York, et avoir été obligés de vivre enfermés dans un lieu clos, ne pouvant sortir qu'accompagnés par des gardes de BAPS, avec interdiction de parler à toute personne extérieure sous peine de réduction de salaire. L'un des employés est mort tandis qu'il était "soumis à ces travaux forcés", selon la plainte. Dans cette action en nom collectif qui pourrait rallier quelque 200 personnes employées dans les mêmes conditions, les plaignants accusent BAPS de les avoir présentés frauduleusement comme des "bénévoles" pour obtenir des visas américains de type religieux R-1. Ce alors qu'ils n'étaient ni bénévoles ni pour la plupart affiliés à cette secte, proche du parti nationaliste hindou au pouvoir en Inde. Ils réclament le paiement des salaires dus et des dommages et intérêts, d'un montant non précisé. Aucun porte-parole de BAPS n'était immédiatement joignable mercredi. (Belga)