"Le président Trump a placé ses intérêts avant ceux du pays", a martelé le président démocrate de la commission judiciaire, Jerry Nadler. "Il a violé ses responsabilités les plus fondamentales envers le peuple". Forts de leur majorité à la Chambre, les démocrates ont ouvert fin septembre une enquête en destitution contre Donald Trump après avoir appris qu'il avait demandé "une faveur" à l'Ukraine: enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de l'élection présidentielle de novembre 2020. Pour obtenir cette enquête, ils l'accusent d'avoir fait pression sur l'Ukraine en suspendant notamment, cet été, une importante aide militaire destinée à ce pays en guerre avec la Russie. Dénonçant une "chasse aux sorcières" illégitime, voire une tentative de coup d'Etat, Donald Trump proclame son innocence et affirme que ses échanges avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky étaient irréprochables. Après deux mois d'enquête à la chambre basse et une quinzaine d'auditions, la commission judiciaire doit s'atteler cette semaine à la rédaction des chefs d'accusation visant le président. (Belga)

"Le président Trump a placé ses intérêts avant ceux du pays", a martelé le président démocrate de la commission judiciaire, Jerry Nadler. "Il a violé ses responsabilités les plus fondamentales envers le peuple". Forts de leur majorité à la Chambre, les démocrates ont ouvert fin septembre une enquête en destitution contre Donald Trump après avoir appris qu'il avait demandé "une faveur" à l'Ukraine: enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de l'élection présidentielle de novembre 2020. Pour obtenir cette enquête, ils l'accusent d'avoir fait pression sur l'Ukraine en suspendant notamment, cet été, une importante aide militaire destinée à ce pays en guerre avec la Russie. Dénonçant une "chasse aux sorcières" illégitime, voire une tentative de coup d'Etat, Donald Trump proclame son innocence et affirme que ses échanges avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky étaient irréprochables. Après deux mois d'enquête à la chambre basse et une quinzaine d'auditions, la commission judiciaire doit s'atteler cette semaine à la rédaction des chefs d'accusation visant le président. (Belga)