Très amaigri, souriant, habillé comme il l'était lundi lors d'une escale à Doha au côté de l'ancien diplomate et homme politique américain Bill Richardson qui a oeuvré à sa libération, le journaliste de 37 ans a estimé "incroyable" d'être de retour sur le sol américain. Danny Fenster, rédacteur en chef du magazine Frontier Myanmar, l'un des principaux organes de presse indépendants du pays, avait été arrêté en mai alors qu'il tentait de quitter la Birmanie. Il était détenu depuis à la tristement célèbre prison d'Insein, à Rangoun, aux côtés de nombreux prisonniers politiques. La semaine dernière, il avait été condamné à 11 ans de prison pour incitation à la dissidence, association illégale et violation de la loi sur les visas. Libéré lundi, il devait comparaître mardi devant un tribunal pour terrorisme et sédition, et encourait pour ces deux nouveaux chefs d'accusation la prison à vie. Mais il a été gracié "pour des raisons humanitaires" après des négociations avec Bill Richardson et deux émissaires japonais, selon un communiqué le régime birman. (Belga)

Très amaigri, souriant, habillé comme il l'était lundi lors d'une escale à Doha au côté de l'ancien diplomate et homme politique américain Bill Richardson qui a oeuvré à sa libération, le journaliste de 37 ans a estimé "incroyable" d'être de retour sur le sol américain. Danny Fenster, rédacteur en chef du magazine Frontier Myanmar, l'un des principaux organes de presse indépendants du pays, avait été arrêté en mai alors qu'il tentait de quitter la Birmanie. Il était détenu depuis à la tristement célèbre prison d'Insein, à Rangoun, aux côtés de nombreux prisonniers politiques. La semaine dernière, il avait été condamné à 11 ans de prison pour incitation à la dissidence, association illégale et violation de la loi sur les visas. Libéré lundi, il devait comparaître mardi devant un tribunal pour terrorisme et sédition, et encourait pour ces deux nouveaux chefs d'accusation la prison à vie. Mais il a été gracié "pour des raisons humanitaires" après des négociations avec Bill Richardson et deux émissaires japonais, selon un communiqué le régime birman. (Belga)