Quelque 2,6 millions d'électeurs ont jusqu'à 23H30 HB pour élire le successeur du président Tabaré Vasquez, qui prendra ses fonctions en mars pour cinq ans. Le président Vasquez a assuré que l'Uruguay respecterait "toutes les étapes constitutionnelles et légales", en faisant allusion aux crises qui secouent plusieurs pays de la région. Au premier tour, M. Lacalle Pou, le leader du Parti national (centre-droit), a obtenu moins de voix que M. Martinez, du Frente amplio (Front élargi, gauche) mais il a ensuite mis en place une coalition avec les autres prétendants battus au premier tour, allant de la droite aux sociaux-démocrates. Il caracole depuis en tête. Selon un des derniers sondages, Luis Lacalle Pou, ancien sénateur, obtiendrait 51% des voix, contre 43% à Daniel Martinez, ex-maire de Montevideo et ingénieur franco-uruguayen de 62 ans. Tous les autres sondages lui donnent une avance de cinq à six points. En cas de succès, M. Lacalle Pou mettrait fin à 15 ans de gouvernements de gauche consécutifs en Uruguay. En 15 ans, la coalition au pouvoir a notamment approuvé l'avortement (2012), le mariage homosexuel (2013) et a été pionnière dans la légalisation du cannabis (2013). Dans ce pays réputé pour être un des plus sûrs d'Amérique latine, la criminalité arrive en tête des préoccupations des électeurs. L'Uruguay a connu une hausse de 45% des homicides entre 2017 et 2018. Côté économique, le taux de chômage se rapproche des 9,5% et le coût de la vie ainsi que la pression fiscale reviennent souvent parmi les récriminations des chefs d'entreprises et commerçants. (Belga)

Quelque 2,6 millions d'électeurs ont jusqu'à 23H30 HB pour élire le successeur du président Tabaré Vasquez, qui prendra ses fonctions en mars pour cinq ans. Le président Vasquez a assuré que l'Uruguay respecterait "toutes les étapes constitutionnelles et légales", en faisant allusion aux crises qui secouent plusieurs pays de la région. Au premier tour, M. Lacalle Pou, le leader du Parti national (centre-droit), a obtenu moins de voix que M. Martinez, du Frente amplio (Front élargi, gauche) mais il a ensuite mis en place une coalition avec les autres prétendants battus au premier tour, allant de la droite aux sociaux-démocrates. Il caracole depuis en tête. Selon un des derniers sondages, Luis Lacalle Pou, ancien sénateur, obtiendrait 51% des voix, contre 43% à Daniel Martinez, ex-maire de Montevideo et ingénieur franco-uruguayen de 62 ans. Tous les autres sondages lui donnent une avance de cinq à six points. En cas de succès, M. Lacalle Pou mettrait fin à 15 ans de gouvernements de gauche consécutifs en Uruguay. En 15 ans, la coalition au pouvoir a notamment approuvé l'avortement (2012), le mariage homosexuel (2013) et a été pionnière dans la légalisation du cannabis (2013). Dans ce pays réputé pour être un des plus sûrs d'Amérique latine, la criminalité arrive en tête des préoccupations des électeurs. L'Uruguay a connu une hausse de 45% des homicides entre 2017 et 2018. Côté économique, le taux de chômage se rapproche des 9,5% et le coût de la vie ainsi que la pression fiscale reviennent souvent parmi les récriminations des chefs d'entreprises et commerçants. (Belga)