La Finlande, qui assure jusqu'à la fin de l'année la présidence semestrielle du Conseil des ministres de l'UE, a avancé lundi une nouvelle proposition de compromis pour la prochaine programmation budgétaire (2021-2027). "Je suis inquiète des coupes drastiques qui figurent dans la proposition, par rapport à la proposition initiale de la Commission", a affirmé l'Allemande devant la presse. Les priorités stratégiques risquent d'en souffrir, souligne-t-elle en citant la surveillance des frontières extérieures de l'UE (Frontex), la défense européenne ainsi que la transition numérique et les efforts pour verdir l'économie. "Il est temps de coopérer pour atteindre des objectifs sur lesquels nous sommes tous d'accord. Le Conseil a son agenda stratégique, il y a les orientations politiques de la Commission... Tout cela va largement dans le même sens, il faut le refléter dans les négociations budgétaires", a insisté Mme Von der Leyen. Elle dit espérer un accord début 2020 au Conseil, qui devra ensuite encore négocier une position commune avec le Parlement. La proposition finlandaise fixe le budget européen à 1,07% du revenu national brut (RNB) de l'UE à 27, alors que la Commission avait proposé 1,114%. Des pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas ou l'Autriche veulent quant à eux en faire autant avec moins d'argent et proposent une contribution de 1,0%. (Belga)

La Finlande, qui assure jusqu'à la fin de l'année la présidence semestrielle du Conseil des ministres de l'UE, a avancé lundi une nouvelle proposition de compromis pour la prochaine programmation budgétaire (2021-2027). "Je suis inquiète des coupes drastiques qui figurent dans la proposition, par rapport à la proposition initiale de la Commission", a affirmé l'Allemande devant la presse. Les priorités stratégiques risquent d'en souffrir, souligne-t-elle en citant la surveillance des frontières extérieures de l'UE (Frontex), la défense européenne ainsi que la transition numérique et les efforts pour verdir l'économie. "Il est temps de coopérer pour atteindre des objectifs sur lesquels nous sommes tous d'accord. Le Conseil a son agenda stratégique, il y a les orientations politiques de la Commission... Tout cela va largement dans le même sens, il faut le refléter dans les négociations budgétaires", a insisté Mme Von der Leyen. Elle dit espérer un accord début 2020 au Conseil, qui devra ensuite encore négocier une position commune avec le Parlement. La proposition finlandaise fixe le budget européen à 1,07% du revenu national brut (RNB) de l'UE à 27, alors que la Commission avait proposé 1,114%. Des pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas ou l'Autriche veulent quant à eux en faire autant avec moins d'argent et proposent une contribution de 1,0%. (Belga)