"Nous examinons tous les instruments. Tout ce qui peut aider sera déployé", a indiqué Ursula von der Leyen, encore soutenue dans ce discours en milieu de journée par une porte-parole de l'exécutif. "C'est également le cas pour les coronabonds - si elles peuvent aider, si elles sont correctement structurées, elles seront utilisées", a précisé la présidente de la Commission. Certains États membres comme l'Allemagne et les Pays-Bas ont refusé l'émission d'eurobonds ou euro-obligations par le passé. Si des "obligations corona" étaient créées dans le cadre de la crise actuelle, qui risque de peser sévèrement sur un pays très touché comme l'Italie, cela signifierait la fin d'un tabou à travers l'UE où ceux qui ont les dettes les plus sûres rechignent à mutualiser le risque. Les commentaires de Von der Leyen vendredi interviennent après un appel du Premier ministre italien Giuseppe Conte à utiliser "toute la puissance" du fonds de secours de la zone euro. "La voie à suivre est d'ouvrir toutes les lignes de crédit du fonds de secours (MES) à tous les États membres pour les aider à lutter contre les conséquences de l'épidémie de Covid-19, avec pour condition que chaque Etat soit transparent et rende des comptes sur la manière dont sont dépensées les ressources", a-t-il indiqué dans un entretien au Financial Times. (Belga)

"Nous examinons tous les instruments. Tout ce qui peut aider sera déployé", a indiqué Ursula von der Leyen, encore soutenue dans ce discours en milieu de journée par une porte-parole de l'exécutif. "C'est également le cas pour les coronabonds - si elles peuvent aider, si elles sont correctement structurées, elles seront utilisées", a précisé la présidente de la Commission. Certains États membres comme l'Allemagne et les Pays-Bas ont refusé l'émission d'eurobonds ou euro-obligations par le passé. Si des "obligations corona" étaient créées dans le cadre de la crise actuelle, qui risque de peser sévèrement sur un pays très touché comme l'Italie, cela signifierait la fin d'un tabou à travers l'UE où ceux qui ont les dettes les plus sûres rechignent à mutualiser le risque. Les commentaires de Von der Leyen vendredi interviennent après un appel du Premier ministre italien Giuseppe Conte à utiliser "toute la puissance" du fonds de secours de la zone euro. "La voie à suivre est d'ouvrir toutes les lignes de crédit du fonds de secours (MES) à tous les États membres pour les aider à lutter contre les conséquences de l'épidémie de Covid-19, avec pour condition que chaque Etat soit transparent et rende des comptes sur la manière dont sont dépensées les ressources", a-t-il indiqué dans un entretien au Financial Times. (Belga)