La ministre N-VA envisage de confier les compétences exercées par Unia à un autre organe. Elle a voulu mener une enquête sur la neutralité d'Unia, en particulier sur l'attention ou le peu d'attention que le centre interfédéral accorderait à certains types de plainte. Mais, d'après elle, celui-ci refuse de collaborer. La directrice, Els Keytsman, a nuancé ce refus. Elle se dit prête à coopérer mais rappelle qu'elle doit garantir une certaine confidentialité aux dossiers qui sont ouverts car ils contiennent des données personnelles. Leur anonymisation s'avérerait être un "tâche immense". La directrice préférerait en outre que l'enquête soit menée à la demande du parlement et non d'un ministre. "Je ne vais pas me mêler de cette dispute et dire qui a raison et qui a tort. Mais l'accord de coopération actuel court jusqu'en 2020. On ne peut pas le résilier comme ça, en cours de route", a expliqué le député Ward Kennes (CD&V). Les chrétiens démocrates sont toujours partisans d'une structure interfédérale. Une scission entraînerait une déperdition des compétences acquises au fil du temps, serait plus chère et compliquerait la vie des citoyens qui veulent déposer une plainte. La Cour des comptes pourrait être l'instance adéquate pour réaliser ce genre de rapport, estime encore le CD&V rejoignant une proposition déjà formulée par Groen. (Belga)

La ministre N-VA envisage de confier les compétences exercées par Unia à un autre organe. Elle a voulu mener une enquête sur la neutralité d'Unia, en particulier sur l'attention ou le peu d'attention que le centre interfédéral accorderait à certains types de plainte. Mais, d'après elle, celui-ci refuse de collaborer. La directrice, Els Keytsman, a nuancé ce refus. Elle se dit prête à coopérer mais rappelle qu'elle doit garantir une certaine confidentialité aux dossiers qui sont ouverts car ils contiennent des données personnelles. Leur anonymisation s'avérerait être un "tâche immense". La directrice préférerait en outre que l'enquête soit menée à la demande du parlement et non d'un ministre. "Je ne vais pas me mêler de cette dispute et dire qui a raison et qui a tort. Mais l'accord de coopération actuel court jusqu'en 2020. On ne peut pas le résilier comme ça, en cours de route", a expliqué le député Ward Kennes (CD&V). Les chrétiens démocrates sont toujours partisans d'une structure interfédérale. Une scission entraînerait une déperdition des compétences acquises au fil du temps, serait plus chère et compliquerait la vie des citoyens qui veulent déposer une plainte. La Cour des comptes pourrait être l'instance adéquate pour réaliser ce genre de rapport, estime encore le CD&V rejoignant une proposition déjà formulée par Groen. (Belga)