Le journal local VnExpress rapporte que 24 familles sont à la recherche d'enfants, dont 10 sont portés disparus à Ha Tinh et 14 à Nghe An, deux provinces centrales du pays d'Asie du Sud Est. Nghe An est une des régions les plus pauvres du pays et une plaque tournante pour le trafic d'êtres humains. Samedi, le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc a ouvert une enquête sur le trafic vers l'étranger. Alors que les premières informations laissaient penser que les victimes, 31 hommes et huit femmes, étaient de nationalité chinoise, des doutes sont apparus quand de nombreuses familles vietnamiennes ont dit craindre que leurs proches ne figurent parmi les victimes. Des centaines de ressortissants vietnamiens sont victimes de trafic vers le Royaume-Uni chaque année, selon l'association caritative Ecpat. (Belga)