Le ministre proposera vendredi au gouvernement flamand une formule de deuxième ligne de défense si les contaminations devaient à nouveau augmenter afin de réaliser une action ciblée. Un accord est déjà intervenu sur ce point en conférence interministérielle de la Santé, a-t-il expliqué.

L'institut scientifique de Santé publique Sciensano recevrait le rôle de tour de contrôle. Il devrait rapidement collecter les informations et les transmettre en temps réel vers l'échelon local. La Flandre a l'intention de mettre sur pied une quinzaine d'équipes mobiles qui se rendraient dans les zones de première ligne où sont réunis les autorités locales et les prestataires de soins. Cette zone de première ligne prend à son tour contact avec les médecins, la police et les écoles.

Dans les périodes creuses, les équipes mobiles fourniraient assistance là où cela s'avérerait nécessaire, par exemple les centres de soins résidentiels.

Le ministre proposera vendredi au gouvernement flamand une formule de deuxième ligne de défense si les contaminations devaient à nouveau augmenter afin de réaliser une action ciblée. Un accord est déjà intervenu sur ce point en conférence interministérielle de la Santé, a-t-il expliqué. L'institut scientifique de Santé publique Sciensano recevrait le rôle de tour de contrôle. Il devrait rapidement collecter les informations et les transmettre en temps réel vers l'échelon local. La Flandre a l'intention de mettre sur pied une quinzaine d'équipes mobiles qui se rendraient dans les zones de première ligne où sont réunis les autorités locales et les prestataires de soins. Cette zone de première ligne prend à son tour contact avec les médecins, la police et les écoles. Dans les périodes creuses, les équipes mobiles fourniraient assistance là où cela s'avérerait nécessaire, par exemple les centres de soins résidentiels.