"Nous étions demandeurs que la N-VA fasse le moins bon score possible mais pas nécessairement pour autant que le Vlaams Belang en fasse un bon", a dit M. Prévot. En 2014, la N-VA avait réalisé un score historique en siphonnant le Vlaams Belang. Aujourd'hui, elle demeure première en Flandre et le Vlaams Belang progresse significativement. À deux, les partis pourraient représenter 45% de l'électorat flamand. Les francophones devront en tenir compte, a averti M. Prévot. "Je sais bien que du côté francophone, il y a les gouvernements que l'on souhaiterait mais il faudra aussi être lucide sur les gouvernements que l'on pourra à la lumière des votes qui se sont exprimés en Flandre", a-t-il dit sur RTL-TVi. Le président des humanistes a estimé qu'il était prématuré de commenter les résultats du côté francophone, encore trop partiels. (Belga)

"Nous étions demandeurs que la N-VA fasse le moins bon score possible mais pas nécessairement pour autant que le Vlaams Belang en fasse un bon", a dit M. Prévot. En 2014, la N-VA avait réalisé un score historique en siphonnant le Vlaams Belang. Aujourd'hui, elle demeure première en Flandre et le Vlaams Belang progresse significativement. À deux, les partis pourraient représenter 45% de l'électorat flamand. Les francophones devront en tenir compte, a averti M. Prévot. "Je sais bien que du côté francophone, il y a les gouvernements que l'on souhaiterait mais il faudra aussi être lucide sur les gouvernements que l'on pourra à la lumière des votes qui se sont exprimés en Flandre", a-t-il dit sur RTL-TVi. Le président des humanistes a estimé qu'il était prématuré de commenter les résultats du côté francophone, encore trop partiels. (Belga)