"À l'heure où je vous parle, une solution européenne semble se dessiner: (ce) serait un débarquement un Malte", a affirmé M. Griveaux sur la radio RTL, alors que le bateau, affrété par l'ONG allemande du même nom, a été interdit d'accostage sur les côtes italiennes par les autorités du pays. Le porte-parole a précisé que le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre maltais Joseph Muscat avaient évoqué la question lors d'un entretien lundi. "La France sera prête à envoyer une équipe sur place pour traiter les demandes (d'asile) de manière individuelle", a souligné M. Griveaux, une démarche similaire ayant déjà été entreprise lors de l'accostage du navire Aquarius à Valence en Espagne, il y a une dizaine de jours. Assurant que la crise est "politique avant d'être migratoire", le porte-parole du gouvernement français a appelé à "réagir par l'urgence à une situation d'urgence". (Belga)

"À l'heure où je vous parle, une solution européenne semble se dessiner: (ce) serait un débarquement un Malte", a affirmé M. Griveaux sur la radio RTL, alors que le bateau, affrété par l'ONG allemande du même nom, a été interdit d'accostage sur les côtes italiennes par les autorités du pays. Le porte-parole a précisé que le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre maltais Joseph Muscat avaient évoqué la question lors d'un entretien lundi. "La France sera prête à envoyer une équipe sur place pour traiter les demandes (d'asile) de manière individuelle", a souligné M. Griveaux, une démarche similaire ayant déjà été entreprise lors de l'accostage du navire Aquarius à Valence en Espagne, il y a une dizaine de jours. Assurant que la crise est "politique avant d'être migratoire", le porte-parole du gouvernement français a appelé à "réagir par l'urgence à une situation d'urgence". (Belga)