Les allocations de chômage temporaire des mois de mai à décembre derniers étaient en effet sujettes au prélèvement à la source d'un précompte professionnel réduit, à 15% (plutôt que 26,75% habituellement). En fonction de la situation de chaque contribuable qui a bénéficié d'un tel chômage temporaire corona, il pourrait être amené à devoir payer un peu plus d'impôts qu'attendu, ou à recevoir un retour moindre, à cause de ce prélèvement réduit du précompte professionnel. Selon le cabinet du ministre Van Peteghem, qui a réalisé des simulations de différents scénarios avec le SPF Finances, la différence par rapport aux autres années fiscales devrait surtout être marquée chez ceux qui ont été à mi-temps en chômage temporaire, sur base mensuelle. (Belga)

Les allocations de chômage temporaire des mois de mai à décembre derniers étaient en effet sujettes au prélèvement à la source d'un précompte professionnel réduit, à 15% (plutôt que 26,75% habituellement). En fonction de la situation de chaque contribuable qui a bénéficié d'un tel chômage temporaire corona, il pourrait être amené à devoir payer un peu plus d'impôts qu'attendu, ou à recevoir un retour moindre, à cause de ce prélèvement réduit du précompte professionnel. Selon le cabinet du ministre Van Peteghem, qui a réalisé des simulations de différents scénarios avec le SPF Finances, la différence par rapport aux autres années fiscales devrait surtout être marquée chez ceux qui ont été à mi-temps en chômage temporaire, sur base mensuelle. (Belga)