Le chauffeur de la fourgonnette, également de nationalité irakienne, a été extradé vers la Belgique au début du mois d'avril. Le parquet espère qu'une reconstitution en sa présence aidera à déterminer si le tir du policier était ou non volontaire. L'enquête balistique n'a en effet pas pu faire la lumière sur cette question. L'aire d'autoroute où se sont déroulés les faits ayant été démolie, "la reconstitution aura lieu ailleurs", a ajouté Ignacio de la Serna, procureur général de Mons. L'avocate des parents de Mawda, qui ont obtenu en février un titre de séjour d'un an renouvelable, considère que le devoir d'enquête "risque de se résumer à une confrontation entre le chauffeur et le policier" car de nombreux témoins, placés en centre fermé ou ayant reçu un ordre de quitter le territoire, ne se trouvent plus en Belgique. "Les parents s'y plieront si le parquet le demande mais ça va être horrible pour eux de revivre ces événements", a conclu Me Benkhelifa. (Belga)