Plusieurs personnes, représentants d'associations de défense des droits humains, avocats, etc., ont pris la parole pour saluer le jugement tout juste rendu et pour réaffirmer leur soutien à Alexis Deswaef. Ce dernier s'est également exprimé, se disant soulagé. "Merci de votre soutien car cela reste une épreuve de comparaître devant un tribunal correctionnel", a-t-il dit. "Je dédie ce jugement d'acquittement à Valiantsin Stefanovitch, défenseur des droits humains en Biélorussie, qui vient d'être arrêté". L'avocate Mieke Van den Broeck, du cabinet Progress Lawyers Network, a exprimé son inquiétude vis-à-vis de la position qu'a adoptée le parquet dans cette affaire. Il avait requis l'acquittement d'Alexis Deswaef pour outrage à officier de police, mais il avait requis sa culpabilité pour harcèlement. "Les faits de violence policière et les atteintes aux droits humains sont graves mais restent difficiles à défendre. Cette action, introduite par un commissaire de police contre un représentant d'association de droits humains, était une intimidation", a-t-elle dit. (Belga)

Plusieurs personnes, représentants d'associations de défense des droits humains, avocats, etc., ont pris la parole pour saluer le jugement tout juste rendu et pour réaffirmer leur soutien à Alexis Deswaef. Ce dernier s'est également exprimé, se disant soulagé. "Merci de votre soutien car cela reste une épreuve de comparaître devant un tribunal correctionnel", a-t-il dit. "Je dédie ce jugement d'acquittement à Valiantsin Stefanovitch, défenseur des droits humains en Biélorussie, qui vient d'être arrêté". L'avocate Mieke Van den Broeck, du cabinet Progress Lawyers Network, a exprimé son inquiétude vis-à-vis de la position qu'a adoptée le parquet dans cette affaire. Il avait requis l'acquittement d'Alexis Deswaef pour outrage à officier de police, mais il avait requis sa culpabilité pour harcèlement. "Les faits de violence policière et les atteintes aux droits humains sont graves mais restent difficiles à défendre. Cette action, introduite par un commissaire de police contre un représentant d'association de droits humains, était une intimidation", a-t-elle dit. (Belga)