Lorsque plusieurs questions sur une même thématique sont adressées à un ministre ou un secrétaire d'Etat, le président de la Chambre peut décider de lui accorder plus de temps afin de répondre. La mise en place d'un compte à rebours dans l'assemblée a été décidée car de nombreux députés et membres du gouvernement dépassaient régulièrement leur temps de parole. Georges Dallemagne (cdH), Tim Vandenput (Open Vld), Michel De Maegd (MR) et François De Smet (DéFI) ont été les premiers à tester le nouveau système jeudi avec des questions sur le récent sommet de l'Otan à Londres. Tous quatre parvenus à respecter les délais. La Première ministre Sophie Wilmès, qui disposait de quatre minutes pour leur répondre, a quant à elle presque réussi à répondre dans le temps imparti, ne débordant que de quelques secondes. En début de séance, le député fédéral Jean-Marie Dedecker (Indépendant) a fustigé le nouveau système, y voyant une forme de limitation de la liberté d'expression des députés. Au moment d'interroger le ministre de la Justice, le franc-tireur politique a toutefois fait preuve d'ironie, ne prenant que 20 secondes pour poser sa question. (Belga)

Lorsque plusieurs questions sur une même thématique sont adressées à un ministre ou un secrétaire d'Etat, le président de la Chambre peut décider de lui accorder plus de temps afin de répondre. La mise en place d'un compte à rebours dans l'assemblée a été décidée car de nombreux députés et membres du gouvernement dépassaient régulièrement leur temps de parole. Georges Dallemagne (cdH), Tim Vandenput (Open Vld), Michel De Maegd (MR) et François De Smet (DéFI) ont été les premiers à tester le nouveau système jeudi avec des questions sur le récent sommet de l'Otan à Londres. Tous quatre parvenus à respecter les délais. La Première ministre Sophie Wilmès, qui disposait de quatre minutes pour leur répondre, a quant à elle presque réussi à répondre dans le temps imparti, ne débordant que de quelques secondes. En début de séance, le député fédéral Jean-Marie Dedecker (Indépendant) a fustigé le nouveau système, y voyant une forme de limitation de la liberté d'expression des députés. Au moment d'interroger le ministre de la Justice, le franc-tireur politique a toutefois fait preuve d'ironie, ne prenant que 20 secondes pour poser sa question. (Belga)