"C'est la première fois que l'article 21 des accords franco-belges signés à Tournai le 18 mars 2013 est appliqué. L'accord avait été signé par Manuel Vals, ministre de l'intérieur français, et Joëlle Milquet, son homologue belge", a expliqué mercredi Frédéric Bariseau, substitut du procureur du roi de Tournai. Cet article permet ainsi aux forces de l'ordre d'intervenir seules, en uniforme et armées dans le pays voisin en "exerçant une contrainte". Les accords de Tournai sont entrés en vigueur en octobre 2015. "Auparavant, lorsque le prévenu était remis aux autorités françaises à la frontière, ce type d'opération demandait la mobilisation d'une centaine d'hommes. Mardi après-midi, les hommes du GIGN ont embarqué dans un hélicoptère Sofiane Hambli, qui était détenu à la prison de Bruges. La destination est restée secrète. Pour des raisons de sécurité, même la police fédérale n'était pas au courant de cette opération", a ajouté M. Bariseau. (Belga)

"C'est la première fois que l'article 21 des accords franco-belges signés à Tournai le 18 mars 2013 est appliqué. L'accord avait été signé par Manuel Vals, ministre de l'intérieur français, et Joëlle Milquet, son homologue belge", a expliqué mercredi Frédéric Bariseau, substitut du procureur du roi de Tournai. Cet article permet ainsi aux forces de l'ordre d'intervenir seules, en uniforme et armées dans le pays voisin en "exerçant une contrainte". Les accords de Tournai sont entrés en vigueur en octobre 2015. "Auparavant, lorsque le prévenu était remis aux autorités françaises à la frontière, ce type d'opération demandait la mobilisation d'une centaine d'hommes. Mardi après-midi, les hommes du GIGN ont embarqué dans un hélicoptère Sofiane Hambli, qui était détenu à la prison de Bruges. La destination est restée secrète. Pour des raisons de sécurité, même la police fédérale n'était pas au courant de cette opération", a ajouté M. Bariseau. (Belga)