"Ce chiffre est nettement plus élevé qu'attendu", d'après Sarah Frederick, de la police fédérale. "Ces données ne correspondent pas au nombre de plaintes au services de prévention. Nos sommes choqués et prenons cela très au sérieux." Cette nouvelle enquête doit permettre de s'attaquer au problème, selon elle. "Malheureusement, cette question est encore un grand tabou et on hésite trop souvent à dénoncer les comportements abusifs." L'enquête, à laquelle ont participé 4.846 policiers, révèle par ailleurs que la moitié des sondés souhaitent renoncer à leur poste au sein de la police. (Belga)

"Ce chiffre est nettement plus élevé qu'attendu", d'après Sarah Frederick, de la police fédérale. "Ces données ne correspondent pas au nombre de plaintes au services de prévention. Nos sommes choqués et prenons cela très au sérieux." Cette nouvelle enquête doit permettre de s'attaquer au problème, selon elle. "Malheureusement, cette question est encore un grand tabou et on hésite trop souvent à dénoncer les comportements abusifs." L'enquête, à laquelle ont participé 4.846 policiers, révèle par ailleurs que la moitié des sondés souhaitent renoncer à leur poste au sein de la police. (Belga)