Au moins 816 enfants sur les 2.416 inscrits n'ont pas trouvé de place en classe d'accueil cette année dans l'enseignement néerlandophone à Bruxelles. En première maternelle, 1.146 enfants étaient inscrits alors qu'il y avait à peine 189 places libres, ce qui représente un déficit de 957 places. De même, en deuxième et troisième maternelle ainsi qu'en première primaire, il manque respectivement 331, 309 en 226 places.

"Tout le monde confirme le manque de place, tout le monde trouve cela grave mais chacun se rejette la responsabilité, explique Els Lenaerts, une des personnes à la base de l'initiative et elle même enseignante à Bruxelles.

Le manque de places est dénoncé depuis des années par divers rapports d'enquête et la plateforme citoyenne se dit fatiguée que cela ne conduise pas à une politique adaptée. L'organisation a donc décidé d'attaquer les autorités parce que celles-ci ne respectent pas l'article 24 paragraphe 3 de la constitution qui garantit le droit à l'enseignement.

L'action est étayée par des cas concrets et est soutenue par une dizaine d'organisations parmi lesquelles l'Unicef.

Au moins 816 enfants sur les 2.416 inscrits n'ont pas trouvé de place en classe d'accueil cette année dans l'enseignement néerlandophone à Bruxelles. En première maternelle, 1.146 enfants étaient inscrits alors qu'il y avait à peine 189 places libres, ce qui représente un déficit de 957 places. De même, en deuxième et troisième maternelle ainsi qu'en première primaire, il manque respectivement 331, 309 en 226 places. "Tout le monde confirme le manque de place, tout le monde trouve cela grave mais chacun se rejette la responsabilité, explique Els Lenaerts, une des personnes à la base de l'initiative et elle même enseignante à Bruxelles. Le manque de places est dénoncé depuis des années par divers rapports d'enquête et la plateforme citoyenne se dit fatiguée que cela ne conduise pas à une politique adaptée. L'organisation a donc décidé d'attaquer les autorités parce que celles-ci ne respectent pas l'article 24 paragraphe 3 de la constitution qui garantit le droit à l'enseignement. L'action est étayée par des cas concrets et est soutenue par une dizaine d'organisations parmi lesquelles l'Unicef.