Thomas Lomelino, qui a démissionné de la direction de la section malinoise du Vlaams Belang après la révélation des faits, avait tenu des propos racistes et sexistes sur Tinder à l'encontre de la jeune fille, la comparant notamment à un "animal domestique". L'étudiant, qui a également fait partie de la direction des VB-Jongeren, y traitait les Noirs de "nègres" et qualifiait les femmes d'"objets sans opinion". "Parce que se taire, c'est être complices, il est inconcevable pour nous de laisser passer ce type de propos sans réagir", ont dénoncé les Equipes populaires, qui sont en contact direct avec la jeune fille. "Ils sont inadmissibles et d'autant plus dangereux lorsqu'ils émanent d'une personne qui rallie derrière elle - on peut le craindre - pas mal de jeunes néerlandophones. Il est en effet apparu clairement que le Vlaams Belang a gagné un nombre important de jeunes électeurs via une campagne intensive sur les réseaux sociaux", ont-elles souligné. Le Vlaams Belang a entamé une procédure en vue d'exclure M. Lomelino de ses rangs. D'après le président du parti d'extrême-droite, Tom Van Grieken, l'intéressé regrette ses mots, dus à l'ébriété, et veut s'excuser. (Belga)