Cette unité est le 701st Munitions Support Squadron (701 MUNSS), qui compte une centaine de militaires américains, selon certaines estimations. L'US Air Force a posté mercredi sur son site Defense Visual Information Distribution Service (DIVDS), réservé à la diffusion d'informations aux médias officiels, une photo du logo "pendu dans une salle de conférence" du 701st MUNSS à Kleine-Brogel pour illustrer les activités de cette unité, dépendant hiérarchiquement de la base aérienne américaine de Spangdahlem (ouest de l'Allemagne). Le logo - qui n'est pas l'emblème officiel du 701st MUNSS - présente un Pygargue à tête blanche (alias aigle chauve, l'emblème des États-Unis) tenant dans ses serres une bombe ressemblant à s'y méprendre à la B61, l'une des armes nucléaires dont dispose l'armée américaine en Europe pour armer ses avions et celles des plusieurs aviations alliées. Selon le site spécialisé Thewarzone, ce logo illustre la mission première du 701st MUNSS, qui est de contrôler le stock d'une vingtaine de B61 pouvant être embarquées par les F-16A belges de la base de Kleine-Brogel. Le site Thewarzone rappelle que la présence de bombes nucléaires américaines sur cette base est un secret de polichinelle en dépit de la politique du gouvernement belge de ne ni confirmer ni démentir. L'un des seuls responsables politiques à avoir battu ce "ni-ni" en brèche est l'ancien ministre belge de la Défense, Guy Coëme (PS), qui avait reconnu le 13 décembre 1988 que des armes nucléaires se trouvaient sur la base limbourgeoise. "A l'exception de Kleine-Brogel, il n'y a pas d'autres types d'armes nucléaires dans notre pays", avait-il affirmé devant des journalistes, à la consternation de l'ambassadeur américain de l'époque, Maynard Glitman. (Belga)

Cette unité est le 701st Munitions Support Squadron (701 MUNSS), qui compte une centaine de militaires américains, selon certaines estimations. L'US Air Force a posté mercredi sur son site Defense Visual Information Distribution Service (DIVDS), réservé à la diffusion d'informations aux médias officiels, une photo du logo "pendu dans une salle de conférence" du 701st MUNSS à Kleine-Brogel pour illustrer les activités de cette unité, dépendant hiérarchiquement de la base aérienne américaine de Spangdahlem (ouest de l'Allemagne). Le logo - qui n'est pas l'emblème officiel du 701st MUNSS - présente un Pygargue à tête blanche (alias aigle chauve, l'emblème des États-Unis) tenant dans ses serres une bombe ressemblant à s'y méprendre à la B61, l'une des armes nucléaires dont dispose l'armée américaine en Europe pour armer ses avions et celles des plusieurs aviations alliées. Selon le site spécialisé Thewarzone, ce logo illustre la mission première du 701st MUNSS, qui est de contrôler le stock d'une vingtaine de B61 pouvant être embarquées par les F-16A belges de la base de Kleine-Brogel. Le site Thewarzone rappelle que la présence de bombes nucléaires américaines sur cette base est un secret de polichinelle en dépit de la politique du gouvernement belge de ne ni confirmer ni démentir. L'un des seuls responsables politiques à avoir battu ce "ni-ni" en brèche est l'ancien ministre belge de la Défense, Guy Coëme (PS), qui avait reconnu le 13 décembre 1988 que des armes nucléaires se trouvaient sur la base limbourgeoise. "A l'exception de Kleine-Brogel, il n'y a pas d'autres types d'armes nucléaires dans notre pays", avait-il affirmé devant des journalistes, à la consternation de l'ambassadeur américain de l'époque, Maynard Glitman. (Belga)