Des hommes, des femmes et des enfants, originaires du Guatemala, du Salvador et du Honduras sont partis après avoir passé plusieurs nuits à Tapachula, ville mexicaine très proche de la frontière guatémaltèque. Parmi eux, le Salvadorien Vicente Martinez a expliqué à l'AFP que la plupart de ces migrants avaient décidé de partir après le refus de l'Institut national mexicain des migrations (INM) de leur délivrer un document les autorisant à demeurer légalement au Mexique. Devant l'afflux de caravanes de migrants l'année dernière, l'INM avait mis en place un "programme urgent" destiné à régulariser la situation de milliers d'étrangers au Mexique. Depuis le 28 janvier, l'organisme a suspendu ce programme, et annoncé que les migrants devaient dorénavant s'agresser aux ambassades mexicaines dans leurs pays. Des centaines de Cubains, entrés illégalement au Mexique il y a un mois, se sont joints aux Centraméricains. Le groupe compte suivre les traces des caravanes précédentes. Des policiers et une ambulance de la protection civile les accompagnent pendant leur trajet. Des centaines de milliers de personnes entrent chaque année dans le sud du Mexique afin de le traverser et d'atteindre les Etats-Unis au nord. str/jla/dga/ybl/roc (Belga)

Des hommes, des femmes et des enfants, originaires du Guatemala, du Salvador et du Honduras sont partis après avoir passé plusieurs nuits à Tapachula, ville mexicaine très proche de la frontière guatémaltèque. Parmi eux, le Salvadorien Vicente Martinez a expliqué à l'AFP que la plupart de ces migrants avaient décidé de partir après le refus de l'Institut national mexicain des migrations (INM) de leur délivrer un document les autorisant à demeurer légalement au Mexique. Devant l'afflux de caravanes de migrants l'année dernière, l'INM avait mis en place un "programme urgent" destiné à régulariser la situation de milliers d'étrangers au Mexique. Depuis le 28 janvier, l'organisme a suspendu ce programme, et annoncé que les migrants devaient dorénavant s'agresser aux ambassades mexicaines dans leurs pays. Des centaines de Cubains, entrés illégalement au Mexique il y a un mois, se sont joints aux Centraméricains. Le groupe compte suivre les traces des caravanes précédentes. Des policiers et une ambulance de la protection civile les accompagnent pendant leur trajet. Des centaines de milliers de personnes entrent chaque année dans le sud du Mexique afin de le traverser et d'atteindre les Etats-Unis au nord. str/jla/dga/ybl/roc (Belga)