Née en 1976, Caroline Désir porte un patronyme connu des Bruxellois et des téléspectateurs d'un certain âge puisqu'elle la petite fille de Georges Désir, célèbre animateur de la RTBF avant d'embrasser la politique et de devenir, notamment, ministre régional de 1989 à 1991 et bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert. Mais sa progression personnelle dans le sérail politique a rapidement fait connaître son prénom, d'abord au PS, et ensuite dans sa commune, ainsi que dans les parlements de la Région bruxelloise et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Caroline Désir est licenciée en droit de l'ULB. Cette formation lui a ouvert les portes du cabinet du ministre-président Charles Picqué au début de la décennie précédente. C'est via cette collaboration active qu'elle a fait son entrée et ses premières armes en politique. Dans la foulée, elle a fait son apparition sur l'échiquier politique local, plus précisément au conseil communal d'Ixelles. Dans les parlements bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, elle s'est investie dans les domaines de l'enseignement, de l'emploi, de la formation, et du logement. Elle fut également sénatrice. Au parlement bruxellois, elle était cheffe du groupe socialiste durant les deux dernières années de la législature 2014 - 2019. Dans l'hémicycle, sa voix de velours n'a pas atténué le poids des mots qu'elle met toujours au service de son idéal social, et jamais à celui des attaques ad hominem. La députée est également échevine à Ixelles depuis 2013. Elle occupait la deuxième place sur la liste PS-sp.a au dernières élections communales. (Belga)