A partir du 1er juillet, les événements accueillant un maximum de 200 personnes seront à nouveau autorisés. Les événements de masse restent, eux, interdits jusqu'au 31 août. Jeudi, une centaine de travailleurs de l'événementiel ont symboliquement déposé quelque 1.500 caisses de transport de matériel devant le palais 5 du Heysel à Bruxelles pour plaider en faveur d'un échéancier progressif pour la reprise de leurs activités. Jeudi à la Chambre, Sophie Wilmès n'a pas pu leur communiquer de calendrier. "Entre les petits événements et les grands festivals, il y a toute une série de manifestations auxquelles il faut donner une perspective. Ce matin encore, le ministre Ducarme a reçu l'alliance des organisateurs événementiels", a-t-elle annoncé. Mais "la décision finale se fera sur base de l'avis du GEES (le groupe d'experts chargé du déconfinement), qui doit déterminer la nécessité ou non de maintenir un cap pour août ou septembre." (Belga)

A partir du 1er juillet, les événements accueillant un maximum de 200 personnes seront à nouveau autorisés. Les événements de masse restent, eux, interdits jusqu'au 31 août. Jeudi, une centaine de travailleurs de l'événementiel ont symboliquement déposé quelque 1.500 caisses de transport de matériel devant le palais 5 du Heysel à Bruxelles pour plaider en faveur d'un échéancier progressif pour la reprise de leurs activités. Jeudi à la Chambre, Sophie Wilmès n'a pas pu leur communiquer de calendrier. "Entre les petits événements et les grands festivals, il y a toute une série de manifestations auxquelles il faut donner une perspective. Ce matin encore, le ministre Ducarme a reçu l'alliance des organisateurs événementiels", a-t-elle annoncé. Mais "la décision finale se fera sur base de l'avis du GEES (le groupe d'experts chargé du déconfinement), qui doit déterminer la nécessité ou non de maintenir un cap pour août ou septembre." (Belga)