Plusieurs dizaines de militants ont participé à cette action organisée à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés. Une partie des participants a disposé des gilets de sauvetage sur le quai, en mémoire de la soixantaine de migrants noyés en Méditerranée le mois dernier, avant l'arrivée des embarcations. "En empêchant à tout prix les migrants et réfugiés d'atteindre les côtes européennes, notamment en renforçant les capacités des garde-côtes libyens, les gouvernements des Etats membres de l'Union européenne condamnent des milliers d'êtres humains à un choix cruel: la mort par noyade ou la torture en Libye", dénonce Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d'Amnesty International. L'organisation réclame la fin de ces politiques "aux conséquences catastrophiques". Amnesty International a par ailleurs adressé une nouvelle pétition au Premier ministre afin d'appeler la Belgique à user de toute son influence au sein de l'Union européenne pour qu'aucune coopération génératrice de violation des droits humains ne soit établie. L'organisation insiste sur la garantie du respect des droits humains des migrants en préalable à la conclusion de tout accord avec des pays tiers. (Belga)

Plusieurs dizaines de militants ont participé à cette action organisée à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés. Une partie des participants a disposé des gilets de sauvetage sur le quai, en mémoire de la soixantaine de migrants noyés en Méditerranée le mois dernier, avant l'arrivée des embarcations. "En empêchant à tout prix les migrants et réfugiés d'atteindre les côtes européennes, notamment en renforçant les capacités des garde-côtes libyens, les gouvernements des Etats membres de l'Union européenne condamnent des milliers d'êtres humains à un choix cruel: la mort par noyade ou la torture en Libye", dénonce Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d'Amnesty International. L'organisation réclame la fin de ces politiques "aux conséquences catastrophiques". Amnesty International a par ailleurs adressé une nouvelle pétition au Premier ministre afin d'appeler la Belgique à user de toute son influence au sein de l'Union européenne pour qu'aucune coopération génératrice de violation des droits humains ne soit établie. L'organisation insiste sur la garantie du respect des droits humains des migrants en préalable à la conclusion de tout accord avec des pays tiers. (Belga)