Cette jeune fille s'était rendue dans le centre-ville d'Alost lundi soir pour participer aux festivités du carnaval avec des amies. "Vers 02h00 du matin, elle s'était quelque peu éloignée du lieu des festivités pour aller uriner", a raconté la mère de la jeune fille au quotidien. "Elle s'est rendue sur la Keizersplein, où l'on pouvait trouver des toilettes. Avant d'y arriver, elle a été soudainement traînée par un homme qui a abusé d'elle. Choquée, elle n'a pas immédiatement compris ce qui lui arrivait." Dans la nuit de lundi à mardi, la victime et ses parents se sont rendus à la police pour y faire une déposition. "Les parents ont été rappelées mardi vers 17h00. On leur a alors signalé qu'aucun auteur n'avait pu être identifié sur base des images des caméras de surveillance. Ils ont ensuite été invités à revenir au commissariat jeudi à 17h00 pour une nouvelle audition. Selon les parents, c'est bien trop tard pour aider leur fille à surmonter le choc", écrit Het Nieuwsblad. Selon la porte-parole de la police locale Katrien Ottevaere, tout s'est pourtant déroulé correctement. La police et le parquet se souhaitent pas commenter davantage cette affaire car celle-ci concerne une personne mineure. (Belga)

Cette jeune fille s'était rendue dans le centre-ville d'Alost lundi soir pour participer aux festivités du carnaval avec des amies. "Vers 02h00 du matin, elle s'était quelque peu éloignée du lieu des festivités pour aller uriner", a raconté la mère de la jeune fille au quotidien. "Elle s'est rendue sur la Keizersplein, où l'on pouvait trouver des toilettes. Avant d'y arriver, elle a été soudainement traînée par un homme qui a abusé d'elle. Choquée, elle n'a pas immédiatement compris ce qui lui arrivait." Dans la nuit de lundi à mardi, la victime et ses parents se sont rendus à la police pour y faire une déposition. "Les parents ont été rappelées mardi vers 17h00. On leur a alors signalé qu'aucun auteur n'avait pu être identifié sur base des images des caméras de surveillance. Ils ont ensuite été invités à revenir au commissariat jeudi à 17h00 pour une nouvelle audition. Selon les parents, c'est bien trop tard pour aider leur fille à surmonter le choc", écrit Het Nieuwsblad. Selon la porte-parole de la police locale Katrien Ottevaere, tout s'est pourtant déroulé correctement. La police et le parquet se souhaitent pas commenter davantage cette affaire car celle-ci concerne une personne mineure. (Belga)