Les manifestants pourront se connecter à un appel groupé en ligne à 17h00 pour participer à la grève. Différentes associations et militants interviendront pour animer les débats pendant les conférences téléphoniques, l'une en français et l'autre en néerlandais. Le climatologue Jean-Pascal van Ypersele donnera ensuite une conférence en ligne, accessible sur les réseaux sociaux du mouvement. Il abordera les liens entre la pandémie de coronavirus et la crise du climat, ainsi que la relance qui suivra l'épidémie. Les activistes belges animeront également une partie du live de Fridays for Future, comme les autres pays participants. "Nous prévoyons aussi un workout collectif, devant notre écran. Ce sera l'occasion de bouger avec d'autres jeunes activistes", explique Adélaïde Charlier. "Nous faisons appel aux citoyens pour nous rejoindre sur ces actions", exhorte la militante. "Il faut lutter tout en respectant les règles de confinement. La crise du coronavirus ne fait pas disparaitre la crise du climat. Le Green Deal doit être le pilier pour relancer la société post-corona. Si nous ne le faisons pas maintenant, nous n'arriverons jamais à respecter les accords de Paris. Nous demandons aux politiques de réfléchir avant de financer certains domaines", plaide la jeune fille. (Belga)

Les manifestants pourront se connecter à un appel groupé en ligne à 17h00 pour participer à la grève. Différentes associations et militants interviendront pour animer les débats pendant les conférences téléphoniques, l'une en français et l'autre en néerlandais. Le climatologue Jean-Pascal van Ypersele donnera ensuite une conférence en ligne, accessible sur les réseaux sociaux du mouvement. Il abordera les liens entre la pandémie de coronavirus et la crise du climat, ainsi que la relance qui suivra l'épidémie. Les activistes belges animeront également une partie du live de Fridays for Future, comme les autres pays participants. "Nous prévoyons aussi un workout collectif, devant notre écran. Ce sera l'occasion de bouger avec d'autres jeunes activistes", explique Adélaïde Charlier. "Nous faisons appel aux citoyens pour nous rejoindre sur ces actions", exhorte la militante. "Il faut lutter tout en respectant les règles de confinement. La crise du coronavirus ne fait pas disparaitre la crise du climat. Le Green Deal doit être le pilier pour relancer la société post-corona. Si nous ne le faisons pas maintenant, nous n'arriverons jamais à respecter les accords de Paris. Nous demandons aux politiques de réfléchir avant de financer certains domaines", plaide la jeune fille. (Belga)