Une grève supplémentaire de 24 heures par semaine pourra en outre être organisée en fonction des décisions prises dans chacune des prisons. Les syndicats ont été reçus lundi matin par le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), et une nouvelle réunion est prévue mercredi matin. C'est à ce moment-là que le ministre devrait faire une proposition, a ajouté Gino Hoppe. Le syndicaliste souligne qu'il veut donner toutes les chances à la concertation. Lundi matin, le mouvement a été particulièrement important à la prison de Saint-Gilles, où seulement 25,64% des gardiens travaillaient. A Malines, en fin de journée, à peine 16,67% des gardiens s'étaient présentés, suivi de la prison de Saint-Gilles avec 34,62% des gardiens présents, a révélé l'administration pénitentiaire. Le mouvement pourrait se durcir encore un peu plus mardi alors que la FGTB organise une journée nationale de mobilisation. "Cela pourrait avoir un impact sur les 35 prisons du pays car cela s'ajouterait aux actions déjà prises contre l'introduction d'un service minimum", a déclaré Kathleen Van De Vijver de l'administration pénitentiaire. Les syndicats dénoncent "l'imposition sans négociations", par le ministre de la Justice Koen Geens, d'un service minimum au sein des établissements pénitentiaires. (Belga)

Une grève supplémentaire de 24 heures par semaine pourra en outre être organisée en fonction des décisions prises dans chacune des prisons. Les syndicats ont été reçus lundi matin par le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), et une nouvelle réunion est prévue mercredi matin. C'est à ce moment-là que le ministre devrait faire une proposition, a ajouté Gino Hoppe. Le syndicaliste souligne qu'il veut donner toutes les chances à la concertation. Lundi matin, le mouvement a été particulièrement important à la prison de Saint-Gilles, où seulement 25,64% des gardiens travaillaient. A Malines, en fin de journée, à peine 16,67% des gardiens s'étaient présentés, suivi de la prison de Saint-Gilles avec 34,62% des gardiens présents, a révélé l'administration pénitentiaire. Le mouvement pourrait se durcir encore un peu plus mardi alors que la FGTB organise une journée nationale de mobilisation. "Cela pourrait avoir un impact sur les 35 prisons du pays car cela s'ajouterait aux actions déjà prises contre l'introduction d'un service minimum", a déclaré Kathleen Van De Vijver de l'administration pénitentiaire. Les syndicats dénoncent "l'imposition sans négociations", par le ministre de la Justice Koen Geens, d'un service minimum au sein des établissements pénitentiaires. (Belga)