Pour réaliser les projections de l'année 2015, des chiffres de 2013 ont été utilisés, indique la chaîne publique. Ils ont servi de base à la confection du budget 2015 et l'erreur n'a été découverte qu'après.

Dans un communiqué, l'Office des Pensions est revenu sur les problèmes qu'il a dû résoudre. Dans le courant de l'année 2013, les demandes multiples de simulations financières pour le ministre des Pensions et la Commission de réforme des pensions ont coïncidé avec la mise en oeuvre d'une nouvelle application de paiement "Theseos". L'opération a impliqué la nécessité de réécrire les programmes d'extraction et de statistiques.

L'ONP a donné la priorité au travail politique et à la mise à disposition des statistiques a pris du retard. De ce fait, l'ONP a utilisé les chiffres de 2013 pour réaliser sa préfiguration en 2014, moyennant un coefficient de croissance qui s'est avéré insuffisant pour estimer correctement l'affluence des nouveaux pensionnés.

Au total, 46.415 pensionnés salariés n'ont pas été repris. Le montant de la correction, dont le gouvernement devra tenir compte lors du contrôle budgétaire, s'élève à 409,9 millions d'euros.

Quelques discussions bilatérales ont déjà eu lieu en vue du contrôle budgétaire annoncé ce mois-ci. Les ministres n'entreront toutefois dans le vif du sujet qu'après la remise du rapport du comité de monitoring qui permettra d'établir précisément les chiffres de la sécurité sociale, les recettes fiscales et non fiscales, etc. Ce rapport est attendu jeudi. Le contrôle doit en principe avoir lieu avant les vacances de Pâques. Un comité ministériel restreint devrait se réunir le 26 mars sur ce sujet.

Pour réaliser les projections de l'année 2015, des chiffres de 2013 ont été utilisés, indique la chaîne publique. Ils ont servi de base à la confection du budget 2015 et l'erreur n'a été découverte qu'après. Dans un communiqué, l'Office des Pensions est revenu sur les problèmes qu'il a dû résoudre. Dans le courant de l'année 2013, les demandes multiples de simulations financières pour le ministre des Pensions et la Commission de réforme des pensions ont coïncidé avec la mise en oeuvre d'une nouvelle application de paiement "Theseos". L'opération a impliqué la nécessité de réécrire les programmes d'extraction et de statistiques. L'ONP a donné la priorité au travail politique et à la mise à disposition des statistiques a pris du retard. De ce fait, l'ONP a utilisé les chiffres de 2013 pour réaliser sa préfiguration en 2014, moyennant un coefficient de croissance qui s'est avéré insuffisant pour estimer correctement l'affluence des nouveaux pensionnés.Au total, 46.415 pensionnés salariés n'ont pas été repris. Le montant de la correction, dont le gouvernement devra tenir compte lors du contrôle budgétaire, s'élève à 409,9 millions d'euros.Quelques discussions bilatérales ont déjà eu lieu en vue du contrôle budgétaire annoncé ce mois-ci. Les ministres n'entreront toutefois dans le vif du sujet qu'après la remise du rapport du comité de monitoring qui permettra d'établir précisément les chiffres de la sécurité sociale, les recettes fiscales et non fiscales, etc. Ce rapport est attendu jeudi. Le contrôle doit en principe avoir lieu avant les vacances de Pâques. Un comité ministériel restreint devrait se réunir le 26 mars sur ce sujet.