"Cette mission est encadrée par des mesures sanitaires exceptionnelles" en raison de la pandémie de Covid-19, a-t-il assuré. Cette année, les programmes de recherche portent notamment sur la glaciologie, le magnétisme terrestre et le changement climatique. M. Dermine présentait mardi le volet "politique scientifique" de sa note d'orientation politique. La première partie de la législature sera essentiellement consacrée à remettre le département (de la politique scientifique fédérale) en ordre de marche après de nombreuses coupes budgétaires ces dernières années, est-il indiqué dans sa note. Un plan stratégique sera élaboré en ce sens. En collaboration avec la Régie des bâtiments, des master-plans de rénovation de certains sites seront lancés, dont le Planetarium à intégrer dans le projet Neo sur le site du Heysel à Bruxelles. Par ailleurs, "une solution sera trouvée afin de montrer les collections d'art moderne et contemporain dont une trop grande partie est aujourd'hui invisible pour les visiteurs des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique", a promis M. Dermine. En plus de ces orientations larges, plusieurs projets spécifiques bénéficieront d'une attention particulière au cours de la législature, a ajouté le secrétaire d'État. Il s'agira notamment d'"accompagner les enfants et les jeunes vers les filières et disciplines dites "STEM" (science, technologie, ingénierie et mathématique)". Une recherche complémentaire sur le passé colonial, sur l'accessibilité des archives et le développement d'une politique de restitution d'?uvres d'art et de restes humains sera également menée dans la foulée des travaux de la commission parlementaire chargée d'étudier la question. Le secrétaire d'État annonce également qu'il étudiera, en concertation avec le ministre des Finances, comment améliorer la mise en ?uvre de la déduction partielle du précompte professionnel en faveur de la recherche et du développement. (Belga)

"Cette mission est encadrée par des mesures sanitaires exceptionnelles" en raison de la pandémie de Covid-19, a-t-il assuré. Cette année, les programmes de recherche portent notamment sur la glaciologie, le magnétisme terrestre et le changement climatique. M. Dermine présentait mardi le volet "politique scientifique" de sa note d'orientation politique. La première partie de la législature sera essentiellement consacrée à remettre le département (de la politique scientifique fédérale) en ordre de marche après de nombreuses coupes budgétaires ces dernières années, est-il indiqué dans sa note. Un plan stratégique sera élaboré en ce sens. En collaboration avec la Régie des bâtiments, des master-plans de rénovation de certains sites seront lancés, dont le Planetarium à intégrer dans le projet Neo sur le site du Heysel à Bruxelles. Par ailleurs, "une solution sera trouvée afin de montrer les collections d'art moderne et contemporain dont une trop grande partie est aujourd'hui invisible pour les visiteurs des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique", a promis M. Dermine. En plus de ces orientations larges, plusieurs projets spécifiques bénéficieront d'une attention particulière au cours de la législature, a ajouté le secrétaire d'État. Il s'agira notamment d'"accompagner les enfants et les jeunes vers les filières et disciplines dites "STEM" (science, technologie, ingénierie et mathématique)". Une recherche complémentaire sur le passé colonial, sur l'accessibilité des archives et le développement d'une politique de restitution d'?uvres d'art et de restes humains sera également menée dans la foulée des travaux de la commission parlementaire chargée d'étudier la question. Le secrétaire d'État annonce également qu'il étudiera, en concertation avec le ministre des Finances, comment améliorer la mise en ?uvre de la déduction partielle du précompte professionnel en faveur de la recherche et du développement. (Belga)