C'est un médecin qui a appelé ce mardi la direction de l'école pour avertir qu'un des enfants suivis à son cabinet médical avait été testé positif au coronavirus et que trois autres enfants de sa fratrie également scolarisés dans l'école étaient suspectés d'être aussi porteurs du virus. Des tests ont été demandés pour ces derniers. La mère de famille a été testée positive au virus. L'enfant confirmé comme porteur du Covid-19 n'a aucun symptôme qui nécessiterait une hospitalisation. Il est confiné chez lui.

Avertie de la situation, la commune a décidé de fermer les 'bulles' dans lesquelles étudiaient les quatre enfants. "Il y a ensuite eu des rumeurs selon lesquelles il y aurait d'autres enfants qui seraient éventuellement porteurs du Covid et, donc, nous avons appliqué un principe de précaution", explique Michel De Herde, échevin de l'Enseignement. "Non seulement nous avons fermé définitivement jusqu'au 30 juin les quatre bulles en maternelle et primaire des quatre enfants de la fratrie, mais nous avons aussi fermé toutes les bulles de cette école temporairement jusqu'à vendredi pour ne prendre aucun risque. Nous avons préféré être trop prudents plutôt qu'imprudents, préféré la prudence à l'imprudence. La situation sera évaluée tous les jours à compter de demain."

Les parents ont été avertis de la situation par téléphone. Il ne s'agit pas à proprement parler d'une fermeture de l'école, qui ne peut être décidée que par le Collège ou par arrêté de la bourgmestre, mais d'une fermeture de fait étant donné que l'ensemble des 'bulles' d'enseignement - environ 14 - ont été arrêtées dans l'urgence.

Le médecin général coordinateur de la Commission communautaire commune (Cocom) a été informé, et ce notamment pour qu'il puisse mettre en oeuvre les procédures de tracing appropriés. Conformément aux circulaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les élèves qui fréquentaient les 'bulles' des quatre enfants de la fratrie en cause devront restés confinés chez eux pendant 14 jours jusqu'au 30 juin.

La suspension de l'ensemble des cours, tout du moins jusqu'à vendredi, s'est accompagnée d'une suspension de la crèche car cette dernière compte de nombreux frères et soeurs d'élèves scolarisés à l'école. Aucune garderie ne sera organisée ce mercredi mais la question est à l'étude pour les journées de jeudi et vendredi. "Une des priorités est d'essayer de réintroduire à tout le moins un système de garderie", continue l'échevin. "Si la situation est extrêmement favorable, on envisagera de rouvrir les bulles dans lesquelles n'étaient pas les enfants."

C'est un médecin qui a appelé ce mardi la direction de l'école pour avertir qu'un des enfants suivis à son cabinet médical avait été testé positif au coronavirus et que trois autres enfants de sa fratrie également scolarisés dans l'école étaient suspectés d'être aussi porteurs du virus. Des tests ont été demandés pour ces derniers. La mère de famille a été testée positive au virus. L'enfant confirmé comme porteur du Covid-19 n'a aucun symptôme qui nécessiterait une hospitalisation. Il est confiné chez lui. Avertie de la situation, la commune a décidé de fermer les 'bulles' dans lesquelles étudiaient les quatre enfants. "Il y a ensuite eu des rumeurs selon lesquelles il y aurait d'autres enfants qui seraient éventuellement porteurs du Covid et, donc, nous avons appliqué un principe de précaution", explique Michel De Herde, échevin de l'Enseignement. "Non seulement nous avons fermé définitivement jusqu'au 30 juin les quatre bulles en maternelle et primaire des quatre enfants de la fratrie, mais nous avons aussi fermé toutes les bulles de cette école temporairement jusqu'à vendredi pour ne prendre aucun risque. Nous avons préféré être trop prudents plutôt qu'imprudents, préféré la prudence à l'imprudence. La situation sera évaluée tous les jours à compter de demain." Les parents ont été avertis de la situation par téléphone. Il ne s'agit pas à proprement parler d'une fermeture de l'école, qui ne peut être décidée que par le Collège ou par arrêté de la bourgmestre, mais d'une fermeture de fait étant donné que l'ensemble des 'bulles' d'enseignement - environ 14 - ont été arrêtées dans l'urgence. Le médecin général coordinateur de la Commission communautaire commune (Cocom) a été informé, et ce notamment pour qu'il puisse mettre en oeuvre les procédures de tracing appropriés. Conformément aux circulaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les élèves qui fréquentaient les 'bulles' des quatre enfants de la fratrie en cause devront restés confinés chez eux pendant 14 jours jusqu'au 30 juin. La suspension de l'ensemble des cours, tout du moins jusqu'à vendredi, s'est accompagnée d'une suspension de la crèche car cette dernière compte de nombreux frères et soeurs d'élèves scolarisés à l'école. Aucune garderie ne sera organisée ce mercredi mais la question est à l'étude pour les journées de jeudi et vendredi. "Une des priorités est d'essayer de réintroduire à tout le moins un système de garderie", continue l'échevin. "Si la situation est extrêmement favorable, on envisagera de rouvrir les bulles dans lesquelles n'étaient pas les enfants."