Les attaques ont eu lieu "aux environs de 15h30 locales (16h30 HB), les assaillants à moto ont tué au moins quinze personnes, dont quatre dans le village de Danga-Zouani, et quatre à Korombara, un village tout proche. Les autres personnes ont été abattues dans leur champ", a affirmé à l'AFP un élu local. Un responsable municipal a affirmé "qu'au moins dix personnes ont été tuées dans ces attaques" évoquant "un bilan encore provisoire". Les assaillants "sont venus à motos" et "certains paysans ont été tués dans leur champ où ils semaient" des céréales en ce début de la saison des pluies au Niger, a expliqué ce responsable municipal. "On nous a annoncé également que des greniers à céréales et des cases ont été brûlés", a-t-il déploré, assurant que "les Forces de défense et de sécurité (FSD) ont déjà été envoyées sur place pour sécuriser le secteur". Un ex-maire de Tondikiwindi dans la même région, a "confirmé" les attaques, sans donner de bilan précis. Le Niger est confronté à ses frontières ouest avec le Mali et le Burkina, à de fréquentes attaques des groupes jihadistes sahéliens dont l'État islamique au Grand Sahara (EIGS) et dans le sud-est, aux atrocités des jihadistes nigérians de Boko Haram et de l'Iswap, issu d'une scission de Boko Haram. (Belga)

Les attaques ont eu lieu "aux environs de 15h30 locales (16h30 HB), les assaillants à moto ont tué au moins quinze personnes, dont quatre dans le village de Danga-Zouani, et quatre à Korombara, un village tout proche. Les autres personnes ont été abattues dans leur champ", a affirmé à l'AFP un élu local. Un responsable municipal a affirmé "qu'au moins dix personnes ont été tuées dans ces attaques" évoquant "un bilan encore provisoire". Les assaillants "sont venus à motos" et "certains paysans ont été tués dans leur champ où ils semaient" des céréales en ce début de la saison des pluies au Niger, a expliqué ce responsable municipal. "On nous a annoncé également que des greniers à céréales et des cases ont été brûlés", a-t-il déploré, assurant que "les Forces de défense et de sécurité (FSD) ont déjà été envoyées sur place pour sécuriser le secteur". Un ex-maire de Tondikiwindi dans la même région, a "confirmé" les attaques, sans donner de bilan précis. Le Niger est confronté à ses frontières ouest avec le Mali et le Burkina, à de fréquentes attaques des groupes jihadistes sahéliens dont l'État islamique au Grand Sahara (EIGS) et dans le sud-est, aux atrocités des jihadistes nigérians de Boko Haram et de l'Iswap, issu d'une scission de Boko Haram. (Belga)