La délégation brésilienne réalise actuellement une tournée de sensibilisation à sa cause qui passe par 12 pays d'Europe. Elle se rendra mardi au Parlement européen pour réclamer qu'aucun accord de libre-échange ayant des effets négatifs sur les forêts, les écosystèmes naturels et les droits humains ne soit conclu par l'Union européenne. Pour les autochtones brésiliens, le processus d'adoption de l'accord commercial UE-Mercosur doit être suspendu tant que la protection de l'Amazonie n'est pas garantie. Au Parlement fédéral lundi, les sept dirigeants de l'Association des peuples autochtones du Brésil ont appelé à ce que les gouvernements belges s'opposent à tout traité commercial avec le Brésil qui ne tiendrait pas compte des conséquences humaines et environnementales causées par une trop grande importation de soja ou de bois exotique, explique Greenpeace. Des représentants des parlements fédéral, flamand, wallon et bruxellois étaient présents, précise l'ONG. Un hommage a également été rendu à Paulo Paulino Guajajara, indigène abattu vendredi par des bûcherons illégaux venus couper les arbres sans autorisation. (Belga)