Un groupe de 50 citoyens et de 25 suppléants a ainsi été désigné pour travailler sur les enjeux liés au réchauffement climatique. Ils auront pour tâche au cours des prochains mois de parvenir à un consensus et de proposer des mesures et des pistes de réflexion inédites sur lesquelles les politiques pourront ensuite travailler. Ces propositions seront en effet insérées dans la prochaine version du Plan Air Climat Energie (PACE). "Cette consultation citoyenne, qui est une première en Wallonie, s'inscrit dans le cadre de l'objectif de diminution de 55% des gaz à effet de serre d'ici l'horizon 2030 dans lequel la Wallonie s'est engagée. "C'est une obligation absolue vis-à-vis des générations futures, nous vivons aujourd'hui les effets du changement climatique mais nous devons tout mettre en ?uvre pour une transition bas carbone qui soit juste", a commenté le ministre Ecolo Henry. "Les citoyens doivent pouvoir émettre des avis et recommandations à travers ce dispositif démocratique"". "L'idée, c'est d'avoir une vision qui provient de 'non-experts', de gens qui proposent des choses nouvelles et qui ont une vision plus large de la société", a commenté Stéphane Cools, président de l'Agence Wallonne pour le climat. Le panel en question est constitué de personnes choisies au hasard et représentant les différents profils socio-économiques qui composent la Région. Les tranches d'âge les plus actives sont les mieux représentées. La majeure partie d'entre elles habitent les provinces de Liège et du Hainaut. (Belga)

Un groupe de 50 citoyens et de 25 suppléants a ainsi été désigné pour travailler sur les enjeux liés au réchauffement climatique. Ils auront pour tâche au cours des prochains mois de parvenir à un consensus et de proposer des mesures et des pistes de réflexion inédites sur lesquelles les politiques pourront ensuite travailler. Ces propositions seront en effet insérées dans la prochaine version du Plan Air Climat Energie (PACE). "Cette consultation citoyenne, qui est une première en Wallonie, s'inscrit dans le cadre de l'objectif de diminution de 55% des gaz à effet de serre d'ici l'horizon 2030 dans lequel la Wallonie s'est engagée. "C'est une obligation absolue vis-à-vis des générations futures, nous vivons aujourd'hui les effets du changement climatique mais nous devons tout mettre en ?uvre pour une transition bas carbone qui soit juste", a commenté le ministre Ecolo Henry. "Les citoyens doivent pouvoir émettre des avis et recommandations à travers ce dispositif démocratique"". "L'idée, c'est d'avoir une vision qui provient de 'non-experts', de gens qui proposent des choses nouvelles et qui ont une vision plus large de la société", a commenté Stéphane Cools, président de l'Agence Wallonne pour le climat. Le panel en question est constitué de personnes choisies au hasard et représentant les différents profils socio-économiques qui composent la Région. Les tranches d'âge les plus actives sont les mieux représentées. La majeure partie d'entre elles habitent les provinces de Liège et du Hainaut. (Belga)