Syndicats et responsables seraient parvenus à un accord à ce sujet ces derniers jours. "La compensation doit supléer les inconvénients, quand un militaire ne peut pas dormir à la maison. Sa famille est alors confrontée à des frais supplémentaires, comme par exemple pour l'accueil des enfants", explique Yves Huwart, président du syndicat militaire ACMP-CGPM. (Belga)