"Les dossiers concernant des exportations d'armes vers des pays nécessitant une analyse plus approfondie sont effectivement en stand-by. Ils sont une cinquantaine. Cela concerne par exemple le cas de l'Arabie Saoudite", affirme la porte-parole de M. Borsus. "Les dossiers classiques sont régulièrement signés. On a déjà paraphé 300 demandes diverses: des licences d'exportation, des autorisations de transit, des exportations temporaires par exemple quand un particulier veut faire graver son arme à l'étranger, etc", poursuit-elle. "Il n'est pas question de geler ces dossiers", assure-t-elle néanmoins. "Nous n'en avons simplement encore signé aucun parce qu'avant de trancher au cas par cas, Willy Borsus veut avoir une vision globale sur cette matière, la philosophie que nous allons y appliquer. Et cela sera tranché à court terme, ce qui nous permettra alors de trancher rapidement ces dossiers en attente", explique encore le cabinet du ministre-président. (Belga)

"Les dossiers concernant des exportations d'armes vers des pays nécessitant une analyse plus approfondie sont effectivement en stand-by. Ils sont une cinquantaine. Cela concerne par exemple le cas de l'Arabie Saoudite", affirme la porte-parole de M. Borsus. "Les dossiers classiques sont régulièrement signés. On a déjà paraphé 300 demandes diverses: des licences d'exportation, des autorisations de transit, des exportations temporaires par exemple quand un particulier veut faire graver son arme à l'étranger, etc", poursuit-elle. "Il n'est pas question de geler ces dossiers", assure-t-elle néanmoins. "Nous n'en avons simplement encore signé aucun parce qu'avant de trancher au cas par cas, Willy Borsus veut avoir une vision globale sur cette matière, la philosophie que nous allons y appliquer. Et cela sera tranché à court terme, ce qui nous permettra alors de trancher rapidement ces dossiers en attente", explique encore le cabinet du ministre-président. (Belga)