Denis Ducarme a réuni autour d'une table les fédérations horeca des trois Régions du pays ainsi que les organisations agricoles membres de l'Agrofont (la Fédération wallonne de l'agriculture, le Boerenbond et l'ABS). Cela a permis d'accoucher d'une "Charte pour la promotion de la viande bovine belge" et des atouts de cette viande: qualités gustatives, consommation locale, respect de normes environnementales, qualité sanitaire...

Les restaurateurs signataires de la charte s'engagent à faire la promotion des viandes bovines d'origine belge au niveau de leur carte. Ils pourront donc aussi, d'ici la fin de l'année, apposer sur la vitrine de leur établissement un macaron et dans leur carte un pictogramme, dont on souhaite qu'il soit "aisément identifiable".

"Il faut donner la possibilité aux consommateurs d'identifier en un seul coup d'oeil les produits faits près de chez lui", estime Denis Ducarme qui se dit "heureux d'avoir pu boucler ce dossier".

Si la race "blanc bleu" se taille la part du lion en Belgique, ce sont toutes les viandes bovines d'origine belge qui sont concernées.

"Ce qui est important, c'est de valoriser le travail de nos éleveurs, quelle que soit la race de viande", juge encore le ministre fédéral. Pour Denis Ducarme, cela ne pourrait être qu'"un premier pas" avant, pourquoi pas, un étiquetage qui permettrait aux consommateurs d'identifier aisément la viande bobine d'origine belge dans les rayons des magasins.

Le secteur de la viande bovine est confronté depuis plusieurs années à de nombreuses difficultés (hausse des coûts de production, prix de vente en baisse...) et à un recul continu de la consommation de viande rouge. Le secteur a d'ailleurs été reconnu en crise par le ministre fédéral de l'Agriculture.